juin 14, 2024

L’Afrique du Sud subit une baisse importante du rendement du blé  

Selon la dernière mise à jour de la production de blé du CEC (Crop Estimates Committee), la récolte de blé 2022/23 de l’Afrique du Sud s’élève à 2,18 millions de tonnes, soit une baisse de 3 pour cent par rapport aux prévisions de décembre 2022 et à la récolte 2021/22.

Le défi, a noté un économiste, est dû à de mauvais rendements dans le Cap occidental, et non à une réduction des surfaces ensemencées.

La province, un important producteur de blé, a subi une baisse de 24 pour cent de la production prévue de blé en raison des conditions météorologiques plus sèches.

Wandile Sihlobo, économiste en chef à l’Agricultural Business Chamber (Agbiz), a noté que l’impact de la baisse des rendements dans certaines parties de la province était évident, ce qui a placé la récolte de la province à 954 000 tonnes, contre 1,26 million de tonnes pour la saison 2021/22.

Il a souligné que les agriculteurs ont augmenté les superficies plantées à 566 800 hectares, contre 523 500 hectares l’année précédente.

Sihlobo a déclaré que cela était dû à des prix attractifs suite à une flambée des prix du blé après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ainsi qu’à une bonne humidité du sol dans diverses régions productrices de blé du pays.

L’économiste a notamment déclaré que le déclin de la récolte du Cap occidental a été quelque peu compensé par l’augmentation de la récolte dans l’État libre, le Limpopo et le Cap Nord, entre autres provinces.

« Je m’attends à ce que le pays importe 1,6 million de tonnes, soit à peu près le même volume que l’année précédente », a déclaré M. Sihlobo.

Les principaux fournisseurs de blé resteront probablement l’Argentine, l’Australie, le Brésil, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne et les États-Unis.

Les données sur les importations de blé de l’Afrique du Sud pour les cinq dernières années indiquent que la Russie était l’un des principaux fournisseurs de blé, avec une part moyenne de 26 % par an.

« Les fournisseurs mentionnés ci-dessus ont remplacé ce volume », a expliqué Sihlobo.

« …Mais nous constatons maintenant un retour de la Russie dans les fournisseurs de blé pour l’Afrique du Sud. »

ADAMA, un leader mondial de la protection des cultures, note que l’Afrique du Sud dépend des importations pour 40 à 50 % de la consommation locale.

Elle signale que, bien que traditionnellement le blé ne soit pas la principale culture de base en Afrique subsaharienne, il devient plus important en raison de la croissance rapide de la population et de l’urbanisation accrue.

Cela entraîne un changement dans les préférences alimentaires et une demande croissante de nourriture facile et rapide, notamment du pain, des biscuits, des pâtes, des nouilles et du porridge.

Il est à craindre que les rendements en blé de l’Afrique du Sud, provenant de l’irrigation, n’augmentent pas à l’avenir s’il n’y a pas de solution au délestage de la compagnie d’électricité assiégée, Eskom.