juillet 19, 2024

Baisse des exportations, augmentation des défis, mais l’agriculture sud-africaine résiste

Alors que les exportations agricoles du pays sont restées relativement solides au cours des premiers mois de l’année, la Chambre des affaires agricoles d’Afrique du Sud (Agbiz) s’attend à ce que les effets de ces défis soient plus évidents au cours du second semestre.

Les exportations agricoles de l’Afrique du Sud pour les cinq premiers mois de cette année sont restées solides, s’élevant à 5,06 milliards de dollars, soit à peu près le même montant que pour la période correspondante en 2022.

Les destinations des exportations sont restées inchangées par rapport aux années précédentes, avec le continent africain comme marché principal, suivi par l’Union européenne (UE) ainsi que certains marchés asiatiques et du Moyen-Orient.

Les États-Unis sont également un marché d’exportation important.

Wandile Sihlobo, économiste en chef chez Agbiz, a noté que les défis posés par les agrumes dans l’UE n’étaient pas nouveaux.

En 2022, l’UE a proposé des modifications à sa réglementation sur la sécurité des plantes pour les agrumes sans en informer ses partenaires commerciaux dans un délai raisonnable.

Ces modifications visaient à protéger l’UE d’un organisme de quarantaine, le faux carpocapse, en introduisant de nouvelles exigences strictes en matière de traitement par le froid, en particulier pour les importations d’agrumes en provenance d’Afrique, principalement l’Afrique du Sud, ainsi que les pays voisins, l’Eswatini et le Zimbabwe.

L’Afrique du Sud avait déjà pris des mesures rigoureuses pour lutter contre le faux carpocapse.

Des engagements sur la question des agrumes entre l’Afrique du Sud et l’UE seraient en cours.

« La question de la maladie des taches noires des agrumes vient s’ajouter à cet environnement difficile », a déclaré M. Sihlobo.

Il estime que la voie appropriée pour résoudre la question passe par un engagement continu des autorités sud-africaines et européennes.

« Une résolution rapide de ces questions et la clarté des règles à long terme sont très importantes au-delà des mécontentements à court terme des deux parties.

En ce qui concerne la fièvre aphteuse, le secteur de l’élevage continue de lutter contre les problèmes de la fin des épidémies de l’année dernière.

Sur une note positive, cette année, les exportations de laine n’ont pas été interrompues comme ce fut le cas en 2022 lorsque la Chine a temporairement interdit la laine en provenance d’Afrique du Sud par crainte de la fièvre aphteuse.

Ainsi, la laine a fait partie des dix premiers produits d’exportation agricole de l’Afrique du Sud au cours du premier semestre de cette année.

Le secteur agricole sud-africain restera un exportateur net en 2023 malgré les défis mentionnés ci-dessus.

En plus de générer des devises étrangères, l’agriculture est un secteur crucial dans un pays confronté à un taux de chômage élevé.

Selon Statistics SA, au deuxième trimestre 2023, environ 894 000 personnes étaient employées dans l’agriculture primaire en Afrique du Sud, soit une augmentation de 1 % en glissement trimestriel et de 2 % en glissement annuel.

Il s’agit du niveau d’emploi agricole le plus élevé depuis le dernier trimestre 2016 et supérieur à l’emploi agricole à long terme de 780 000.

Cependant, les tensions géopolitiques, la détérioration des infrastructures, l’affaiblissement des municipalités, la criminalité et l’approvisionnement insuffisant en énergie influencent tous la rentabilité des exploitations agricoles et les perspectives d’emploi.