mai 21, 2024

Pourquoi il est difficile de refaire des feuilletons comme « Vale Tudo », avec les répliques d’Odete Roitman

MATHEUS ROCHA
SÃO PAULO, SP (FOLHAPRESS) – « Les Noirs vont au tribunal contre ‘Pátria Minha' », titrait un article publié dans ce journal il y a près de 30 ans, après que TV Globo eut diffusé en prime time une scène du feuilleton de Gilberto Braga dans laquelle le méchant, joué par Tarcísio Meira, accuse injustement de vol l’un de ses employés, un Noir interprété par Alexandre Moreno.

« Tu as ouvert mon coffre-fort, salaud de noir », dit le patron. « Quand on ne se salit pas à l’entrée, on se salit à la sortie. C’était une vengeance ? Une vengeance parce que je ne t’ai pas laissé étudier ? Tu crois que tu pourrais apprendre quelque chose ? Vous ne savez pas que vos cerveaux sont différents des nôtres ? »

Le feuilleton, qui vient d’être diffusé pour la première fois sur Globoplay, comporte un avertissement au début de chaque chapitre indiquant que l’œuvre peut contenir des représentations négatives et des stéréotypes de l’époque à laquelle elle a été réalisée, mais il est diffusé dans son intégralité parce que Globo estime que « ces scènes peuvent contribuer au débat sur un avenir plus diversifié et plus inclusif ».

À l’époque, Braga a déclaré avoir écrit ce dialogue pour dénoncer le racisme, et des activistes tels que l’écrivain Sueli Carneiro ont affirmé qu’il avait encouragé les préjugés. Les discussions mises à part, la scène pourrait être coupée aujourd’hui, sans nuire à la compréhension de l’intrigue, si Globo le souhaitait.
C’est ce que le radiodiffuseur a choisi de faire lorsqu’il rediffuse ses feuilletons, remplis de personnages aujourd’hui considérés comme dépassés, sur la télévision en clair, comme les scènes de blackface dans « Malhação » et « Êta Mundo Bom ».

Mais la situation est différente dans des œuvres comme « Vale Tudo », un autre film de Gilberto Braga. Le méchant, Odete Roitman, dégoûté par les pauvres, prononce une phrase politiquement incorrecte après l’autre à chaque chapitre. Si Globo essayait de supprimer les dialogues, le feuilleton finirait par se déchirer, sans début, ni milieu, ni fin. D’un autre côté, un simple avertissement pourrait ne pas suffire.

« Aujourd’hui, il serait pris au pied de la lettre et pourrait donner lieu à des manifestations devant la porte de Globo », explique le journaliste Mauricio Stycer, auteur d’une chronique dans ce journal et d’une biographie de Braga. Réfléchissant à un éventuel remake du feuilleton, dont les sites d’information télévisés affirment qu’il est en cours de production par Globo, Stycer dit espérer qu' »Odete Roitman sera encore plus méchante ».
« Les Brésiliens ont besoin d’affronter un tel méchant, mais j’ai de sérieux doutes quant à leur volonté de le faire », déclare-t-il. « L’auteur doit toujours indiquer clairement qu’il condamne cette situation, mais ne pas montrer la scène ou l’éliminer lors de la rediffusion n’est pas la solution.

Odete Roitman ne l’est pas. Il existe des feuilletons dans lesquels le politiquement incorrect ne se limite pas à un personnage ou à un dialogue, mais à l’ensemble du scénario. C’est le cas de « Escrava Isaura », qui se déroule sous le régime de l’esclavage et raconte la vie d’une esclave blanche, interprétée par l’actrice Lucélia Santos.

Il a été reproché à l’intrigue de s’appuyer sur la population noire et d’ignorer la résistance des esclaves. La preuve en est que la liberté est présentée comme un acte de bienveillance de la part de la classe des propriétaires terriens, et non comme une conquête par les esclaves.
Les feuilletons suscitent encore des débats sur la représentation des travailleurs domestiques, en particulier ceux qui sont noirs. Auteur du livre « Trabalho Doméstico » (Travail domestique), la chercheuse Juliana Teixeira affirme que si elles n’étaient pas le soulagement comique de l’intrigue, elles jouaient le rôle de fausses mères pour les patrons.

« C’est comme si elles étaient des personnes sans famille. Il y a des scènes où la femme de chambre sert matin, midi et soir. C’est un corps disponible en permanence », explique Teixeira, professeur à l’université fédérale d’Espírito Santo.

Les discussions sur la représentation des Noirs, ou l’absence de représentation, n’appartiennent pas au passé. Il y a cinq ans, « Segundo Sol » a été accusé de racisme parce qu’il présentait une distribution majoritairement blanche dans l’État de Bahia, où 76 % de la population se déclare noire.

Le ministère public du travail a notifié Globo et formulé des recommandations sur la manière dont le diffuseur pourrait rendre ses feuilletons plus diversifiés. L’auteur, João Emanuel Carneiro, a déclaré que le manque de représentation était une erreur. « Il faut donner une voix aux Noirs. Faites des feuilletons avec plus d’acteurs noirs. À cette occasion, j’ai appris.

Il y a deux ans, une autre controverse a éclaté lorsque « No Tempo do Imperador » a suscité l’indignation des activistes après qu’un personnage a suggéré qu’elle souffrait de préjugés parce qu’elle était blanche. L’auteur, Thereza Falcão, s’est excusée sur les réseaux sociaux. « C’était terrible. Nous nous excusons abondamment », a-t-elle déclaré.

Les feuilletons brésiliens ont également été accusés de reproduire le sexisme et la misogynie. Nilson Xavier, critique de télévision et auteur du livre « Almanaque da Telenovela Brasileira », affirme que « A Gata Comeu », diffusé par Globo en 1985, était si problématique qu’un remake aurait été irréalisable.

« L’intrigue parle d’un amour qui naît de la violence, de l’échange de gifles entre un homme et une femme, à tel point que l’un des titres imaginés à l’époque était ‘Pancada de Amor Não Dói' », explique-t-il, qui voit également du sexisme dans « Elas por Elas », qui date de 1982 et qui a été remaniée.

Le critique affirme que les auteurs de la nouvelle version ont dû modifier profondément l’intrigue, en supprimant, par exemple, toutes les scènes de René, le personnage de Reginaldo Faria. « Il est présenté comme un amoureux romantique, mais c’était un homme macho et toxique avec sa petite amie, le personnage de Christiane Torloni.

Toujours dans « L’autre côté du paradis », il y a Samuel, un personnage joué par Eriberto Leão qui était gay, mais qui avait peur de révéler sa sexualité. Xavier dit que « tout le feuilleton exposait la situation sur un ton comique et débauché », ce qui rendrait difficile sa suppression.

S’il est courant que les auteurs se défendent en disant que les scènes jugées inexactes sont une manière de mettre en lumière et de dénoncer un problème social, il existe aujourd’hui un doute chez les scénaristes sur le risque de rendre un mauvais service en représentant des préjugés à l’écran.

« Cela dépend de la manière dont l’auteur va le montrer, car il travaille souvent pour le public. S’il s’aperçoit qu’un personnage va bien, il ne changera pas », explique Xavier.
Mais la télédramaturgie n’est pas faite que de feuilletons politiquement incorrects. Certains ont même contribué à promouvoir le progrès social, affirme Mauro Alencar, auteur de « A Hollywood Brasileira : Panorama da Telenovela no Brasil » (Le Hollywood brésilien : Panorama de la Telenovela au Brésil) et docteur en télédramaturgie de l’Université de São Paulo.

Il évoque « Escalada », de 1975, qui aurait contribué à démystifier le divorce en montrant des personnages malheureux dans leur mariage, et « Duas Vidas », de l’année suivante, qui mettait en avant l’autonomie féminine avec Susana Vieira, qui incarnait une femme indépendante.

« Le rôle social de l’art est de montrer, de dénoncer, d’embrasser et de séduire », explique M. Alencar. « C’est à travers nos telenovelas que le Brésil a commencé à voir ses problèmes sociaux au quotidien.

Lire aussi : Britney Spears désactive son compte Instagram après la controverse sur son autobiographie