avril 20, 2024

Léo Jaime et la formule de l’amour : le chanteur fête ses 40 ans en rassemblant ses amis

GABRIEL VAQUER
ARACAJU, SE (FOLHAPRESS) – Lorsque Léo Jaime a entamé sa conversation avec Folha, le chanteur de 63 ans a admis qu’il était inquiet de l’image qu’il donnerait au public à l’issue des quatre décennies de sa carrière. « C’est long, il y a beaucoup à dire ».

Et en effet, Léo a beaucoup d’histoire. Né à Goiânia, le chanteur s’installe très tôt à Rio de Janeiro. Intéressé par les arts, la musique et le théâtre, c’est à l’âge de 20 ans qu’il commence à « rocker », comme il dit. « C’était quelque chose de naturel, de spontané ». C’est à cette époque qu’il rencontre le groupe qui a alimenté la scène rock nationale dans les années 1980.

Dans les bars du sud de Rio, il rencontre ceux qui vont devenir des stars de la musique brésilienne, comme Fernanda Abreu. Il assiste de près à la naissance de Blitz, un groupe qui est un phénomène national au début des années 1980. C’est à cette époque qu’il rejoint le groupe de rockabilly João Penca e Seus Miquinhos Amestrados, dont les paroles sont pleines d’humour, comme celles de Blitz. C’était son style.

Peu après, il a opté pour une carrière solo, mais il a failli revenir dans un groupe qui a joué un rôle très important dans le rock brésilien. « Ce n’est pas que j’ai refusé Barão Vermelho, c’est qu’à ce moment-là, j’étais déjà chanteur dans deux autres groupes, et un troisième m’aurait surchargé », explique-t-il.

C’est alors qu’il s’est souvenu d’une personne qui correspondait parfaitement au profil recherché. C’est Léo qui a présenté Cazuza (1958-1990) à Frejat. « Cazuza chantait mais ne voulait pas travailler dans la musique à cause de son père (João Araújo, alors président de la maison de disques Som Livre). Il m’a toujours dit : ‘Je ne veux pas de ce business de la musique, je n’en veux pas’. C’est alors que j’ai demandé à Frejat de lui parler. Au bout d’un quart d’heure, ils composaient déjà, ils avaient beaucoup d’affinités. Je pense que j’ai bien fait », plaisante-t-il.

Frejat se souvient très bien de cette journée. « La connexion a été immédiate », raconte-t-il. « Léo a assisté à une répétition et s’est rendu compte que Barão Vermelho aimait le rock plus lourd. Il lui a donc indiqué Cazuza et a organisé notre rencontre. Tout a fonctionné dès le début, nous lui devons ce cadeau », ajoute-t-il.

Toujours dans les années 1980, Léo Jaime décroche un contrat avec le label CBS et sort ses premiers disques. Le succès de sa carrière solo arrive en 1985, avec des classiques comme « A Fórmula do Amor », « Só », « O Pobre », « Amor Colegial » et « Solange », une version portugaise de la chanson « So Lonely » de The Police.

La vague de performances
Au cours de la décennie, Jaime a commencé à explorer d’autres voies. L’une d’entre elles est le théâtre, ce qu’il n’aurait jamais pensé faire à l’époque où tout était encore à l’état sauvage. Rien n’était prévu, au contraire. Dans « Bebê a Bordo » (1988) de Globo, il n’était pas le premier choix pour le rôle du personnage Zezinho. Il n’était pas non plus le plan B. Mais il s’en est très bien sorti et en rit aujourd’hui.

« J’étais le troisième choix pour ce feuilleton. Ils voulaient Fábio Jr, mais il n’était plus acteur. Ils ont appelé quelqu’un d’autre, qui n’avait pas d’agenda. Soudain, un producteur m’a appelé et m’a dit : ‘Léo, on te voulait. Tu es partant ? J’ai accepté, mais j’ai commencé à enregistrer l’autre jour. On ne m’a même pas envoyé de véritable scénario. J’ai improvisé. Et ça a marché !

Sa bonne prestation lui vaut de nouveaux emplois dans l’industrie audiovisuelle. Il tourne des films et participe à des pièces de théâtre, comme la comédie musicale Vitor ou Vitória, à São Paulo, aux côtés de Marília Pêra (1943-2015), et la comédie musicale Era no Tempo do Rei, d’après l’œuvre de Ruy Castro, dans le rôle de Dom João VI.

Pour la jeune génération, Léo Jaime est un personnage marquant. Il a été le professeur Nando dans « Malhação » (1995-2022) au cours de deux saisons différentes, en 2012 et 2014. Curieusement, les deux séries ont été écrites par l’auteure Rosane Svartman, l’une des romancières les plus prestigieuses de Globo aujourd’hui.

La danse qui a surpris
Léo était sans contrat télévisuel et en hiatus depuis 2014, lorsque l’équipe de production de Dança dos Famosos, dans l’émission Domingão do Faustão (1989-2021) de Globo, s’est souvenue de son nom pour l’édition 2018 de l’émission. Léo admet qu’il a hésité.
« J’avais très honte de mon corps, de moi-même. Je ne voulais pas être une blague ou quoi que ce soit d’autre. Il n’a accepté l’invitation qu’après avoir été encouragé par l’acteur Felipe Simas, qui avait participé à une version précédente. « Il m’a dit de m’amuser, de ne pas considérer cela comme une compétition. D’accord, c’est gagné. Et le chanteur est parti montrer ses talents de danseur – ce qui, comme le Brésil l’a compris plus tard, n’était pas une mince affaire.

Léo gagne peu à peu l’adhésion et la sympathie du public. Soudain, je me suis rendu compte que les gens commençaient à s’identifier à moi, à ma façon de danser tous les dimanches à la télévision, sans avoir un corps parfait ou des normes esthétiques », explique-t-il.

Même face à deux candidats qui avaient plus de chances de gagner, comme Erika Januza et Dani Calabresa, il a réalisé une performance en finale qui a été considérée comme épique. « Les gens m’ont dit que je dansais vraiment, alors que je n’avais jamais dansé de ma vie », raconte-t-il. Le résultat ? Il a été champion, a remporté le trophée et, aujourd’hui encore, il est ému rien qu’en s’en souvenant.

Commentateur Léo Jaime
À la fin des années 1990 et au début des années 2000, la vision du monde et le talent d’écriture de Léo Jaime sont remarqués par les entreprises de médias. Il publie une chronique dans l’ancien magazine « Capricho » (preuve de sa thèse selon laquelle il « comprend l’esprit des femmes »), collabore avec divers médias, puis devient commentateur de football.

« Beaucoup de gens ont été surpris parce que peu de gens savaient que j’étais journaliste agréé (il est diplômé des Faculdades Helio Alonso à Rio, un vivier de bons journalistes de Rio). Et comme je suis à la fois acteur, musicien et journaliste, ma vision est plus large ».
Au départ, Léo a travaillé pour la radio CBN en tant que commentateur de matchs de football. Mais c’est à la télévision qu’il fait ses débuts, à la SBT de Silvio Santos. Pendant cette période, il a partagé le banc avec un commentateur très respecté par les footballeurs d’aujourd’hui. L’un des narrateurs de Paulistão sur SBT était le nouveau venu Paulo Andrade, qui est aujourd’hui considéré comme la star des émissions d’ESPN au Brésil.

« Léo était déjà un artiste reconnu et j’étais un gamin de 23 ou 24 ans, inconnu. Il m’a accueilli. C’était très important pour moi », déclare Andrade. « Nous sommes devenus amis. Nous allions l’un chez l’autre. Nous avons dîné ensemble, échangé des confidences professionnelles et personnelles », se souvient-il.

Le chanteur-écrivain-danseur s’est retrouvé dans le football à cause de Flamengo, le club de son cœur, où il a occupé un poste de dirigeant pendant un certain temps. C’était une erreur, reconnaît-il. « Je n’avais pas de contrat avec une maison de disques, c’était une période plus difficile, et j’ai travaillé au club d’une manière différente. C’était une expérience, mais je ne veux pas la répéter. Je n’ai pas bien réussi », admet-il.

L’unanimité
Petit à petit, au fil du temps, il s’est rendu compte que son métier, c’était la musique, le rock et la fête. Et c’est sur cette triade qu’il entend désormais se concentrer dans Festabaileshow, le spectacle qui marque ses 40 ans de carrière. La première représentation a lieu ce samedi (21), devant une salle comble, au Qualistage, à Rio de Janeiro.
« J’ai décidé d’appeler mes amis, de faire un grand tour d’horizon de ce que j’ai fait dans ma carrière et dans ma vie. C’est difficile, bien sûr. Mais je suis enthousiasmé par le résultat », déclare-t-il. Il a l’intention de parcourir le Brésil pour présenter le spectacle dans plusieurs capitales lors d’une grande tournée.

Chose rare dans la foire aux vanités du showbusiness, Léo, sauf preuve du contraire, n’a jamais eu de désaccord avec qui que ce soit, dans aucun des domaines où il a travaillé. Frejat le décrit comme quelqu’un de gentil. « L’idée que je me fais de Léo est celle d’une personne de bonne humeur, affectueuse. Il n’a jamais dit du mal de personne. En dehors de son humour et de son sens critique, il a toujours été très gentil avec tout le monde ».

Sans fausse modestie, il sait qu’il est apprécié. « Je reconnais que les gens m’aiment beaucoup. Les femmes, les amis que je me suis faits. J’ai été un gars qui a fait tout ce que j’ai voulu faire, et j’ai toujours été au bon endroit au bon moment. »

Au sujet des femmes, avec lesquelles il a eu beaucoup de succès tout au long de sa vie (l’interview dans laquelle Monique Evans dit, en d’autres termes mais avec le même message, qu’elle donnerait l’Oscar de la meilleure performance sexuelle au chanteur, est célèbre), Léo admet qu’il est dans une phase différente.

Marié depuis 19 ans à la psychologue Daniela Lux, mère de son fils David, âgé de 16 ans, le chanteur affirme que sa plus grande richesse est sa famille. « Je suis fier de vivre ce que je vis en ce moment. Je suis un homme simple et je vis simplement ».

Aimé et ayant beaucoup d’amour à donner, il pense que rien n’est dû au hasard dans la vie. « Je ne pense pas que je chante ‘The Formula of Love’ pour rien. Je pense qu’aujourd’hui, à 60 ans, je suis plus près de la trouver que lorsque j’étais plus jeune. Aujourd’hui, je suis plus heureuse dans ma vie. Je me découvre chaque jour.

Lire aussi : Britney Spears désactive son compte Instagram après la polémique sur son autobiographie