mai 22, 2024

Ali Kamel quitte la direction de Globo Journalism après 14 ans d’activité

ARACAJU, SE (FOLHAPRESS) – Globo a annoncé mardi (29) qu’elle apporterait un changement majeur à son département de journalisme en 2024. A partir de janvier, Ricardo Villela sera le nouveau directeur général du journalisme de Globo. Jusqu’alors directeur exécutif du journalisme, Villela succèdera à Ali Kamel, qui occupera désormais le poste nouvellement créé de coordinateur du comité éditorial du Grupo Globo, présidé par João Roberto Marinho.

M. Kamel était responsable du journalisme à Globo depuis 2009. Selon le radiodiffuseur, cette décision répond au souhait d’Ali Kamel de quitter les fonctions exécutives et les activités quotidiennes après 34 ans passés au sein du Grupo Globo, dont 22 à Globo et à des postes de direction. La demande d’Ali Kamel, selon une lettre écrite par Paulo Marinho, PDG de Globo, a été formulée l’année dernière.

Partenaire d’Ali depuis 2005, date de son arrivée à Globo, Ricardo Villela était rédacteur politique, rédacteur exécutif et rédacteur en chef du Jornal da Globo, coordonnait le Jornal Nacional, dirigeait la salle de rédaction de São Paulo, la salle de rédaction de Brasilia et était responsable du journalisme depuis deux ans.

Ricardo Villela avait déjà beaucoup travaillé en coulisses. C’est lui qui a examiné de près les licenciements qui ont eu lieu au sein du radiodiffuseur entre avril et mai, et qui concernaient le journalisme.

Le départ de Kamel entraînera d’autres changements au sein du département journalisme de Globo. En janvier, le poste de Villela sera occupé par Miguel Athayde, l’actuel directeur de GloboNews. Vinícius Menezes, actuellement directeur régional du journalisme à Rio de Janeiro, prendra la direction de la chaîne d’information. Marcio Sternick dirigera la salle de rédaction de Rio de Janeiro.

Lire la lettre de Paulo Marinho informant du changement :

Chères équipes,

En juillet de l’année dernière, Ali Kamel nous a approchés, João Roberto Marinho et moi-même, pour nous parler de ses projets d’avenir. Après 34 années intenses passées à des postes de direction au sein du Grupo Globo, dont 22 à Globo, il nous a fait part de son souhait de ralentir. Après la surprise initiale, étant donné qu’il est au sommet de sa capacité à penser le journalisme et à gérer des salles de rédaction, nous avons essayé de comprendre ses motivations.

Tout d’abord, le désir d’expérimenter une routine différente de celle exigée par les défis quotidiens des postes de direction dans le journalisme. Ali n’a jamais manqué d’enthousiasme pour la profession. Son niveau d’engagement et de dévouement a toujours été extrême et son palmarès énorme. Il était tout à fait naturel que le jour vienne où il souhaiterait avoir plus de temps pour d’autres activités.

Deuxièmement, la certitude d’avoir formé des professionnels capables de continuer à pratiquer un journalisme fondé sur la pluralité, l’impartialité et la recherche de l’exactitude des faits. Ali est un bâtisseur d’équipe. Il possède une rare capacité à expliquer chaque geste, toujours étayé par une analyse approfondie des faits et des opinions. Cette qualité a grandement facilité la préparation de sa succession, dont nous parlerons plus loin.

Il s’agit en effet d’un partenariat qu’il est difficile d’abandonner. Ali a toujours été un partenaire serein, droit et décidé. Au cours des 22 dernières années, il a coordonné la couverture de six élections présidentielles et de cinq élections municipales. Parmi tant de projets, tels que « Caravana JN », « JN no Ar », « O Brasil que eu quero para o futuro » et « Brasil Em Constituição », il a également eu l’idée audacieuse, en 2002, d’interviewer les candidats à la présidence pendant le « Jornal Nacional », ce qui n’avait jamais été fait auparavant et qui est devenu un événement central, très attendu et très instructif des campagnes électorales.

Dans tous les grands événements, nationaux et internationaux, nous pouvions toujours compter sur la certitude qu’avec lui à la barre, notre journalisme couvrirait les faits avec la qualité que nous souhaitions. Mais quiconque connaît bien Ali sait que, de tous les reportages réalisés au cours de toutes ces années, celui qui a exigé le plus de lui, professionnellement et émotionnellement, a été la pandémie. C’est précisément au moment où le journalisme était le plus nécessaire et nos équipes les plus sollicitées que les conditions de travail imposées par la réalité étaient les plus dures.

Sous sa direction, les journaux télévisés ont pris de l’ampleur, un programme quotidien consacré à la pandémie a été créé de toutes pièces en 24 heures et l’espace d’information a explosé. Des collègues tombent malades. Au milieu de tant d’efforts de la part de toutes les équipes, Ali, en plus de la supervision méticuleuse du travail journalistique lui-même, commence à inclure deux nouvelles tâches dans sa routine. Chaque jour, il écrit ou téléphone à des collègues malades ou à leurs proches, à la recherche de nouvelles, en tête-à-tête.

Et le soir, il envoyait à tous un rapport intitulé « Nos collègues », avec un équilibre transparent entre malades et guéris. Beaucoup de nos collègues se souviennent avec émotion de ce geste. Après avoir quitté la direction générale de Globo Journalism, les activités quotidiennes et les fonctions exécutives, Ali, à l’invitation de João Roberto Marinho, occupera le poste nouvellement créé de coordinateur du comité éditorial du Grupo Globo.

Lors d’une récente conversation, João, qui préside le Conseil avec beaucoup d’engagement, a résumé sa décision en ces termes : « Je travaille en étroite collaboration avec Ali depuis le début des années 1990, une relation professionnelle empreinte de confiance et de respect. En l’invitant à me seconder au Conseil, mon idée est de continuer à m’appuyer sur sa capacité de réflexion et d’analyse. Je suis convaincu que ce sera très positif pour l’ensemble du groupe ».

Pour succéder à Ali en tant que directeur général du journalisme à partir du premier janvier 2024, nous avons invité un collègue qui a été à ses côtés ces dernières années. Ricardo Villela est arrivé à Globo en 2005, après dix ans d’expérience dans la presse écrite, notamment au Jornal do Brasil et aux magazines Veja et Playboy. Il a été rédacteur politique, rédacteur exécutif et rédacteur en chef du Jornal da Globo.

Il a coordonné le « Jornal Nacional » et dirigé la salle de rédaction de São Paulo avant de prendre la direction du journalisme de Globo à Brasilia. Comme Ali, c’est à Brasilia qu’il a vécu certains des reportages les plus importants de sa vie. Ali a dirigé la salle de rédaction d' »O Globo » dans la capitale en 1992, lors de la destitution de Fernando Collor. Villela a dirigé la salle de rédaction de Globo à Brasilia pendant les années turbulentes de 2013 à 2018. En 2019, il a déménagé à Rio – et depuis 2021, il aide Ali de près en tant que directeur exécutif du journalisme.

Pour remplacer Villela, nous avons invité Miguel Athayde, directeur de GloboNews. Miguel est ce que l’on pourrait appeler « l’argent de la maison ». Il est journaliste à Globo depuis 1994. Il a été producteur pour les journaux locaux de Rio, rédacteur exécutif et rédacteur en chef de « Bom dia Brasil ».

En 2012, il a été invité à prendre la direction régionale du journalisme pour Rio, poste dans lequel il a dirigé d’importantes couvertures telles que les préparatifs de la ville pour accueillir les Jeux olympiques de 2016. Depuis 2018, Miguel dirige GloboNews, où il a dirigé la couverture des élections de l’année dernière et étendu la couverture en direct à 20 heures par jour.

Au cours des prochains mois, Ali, Villela et Miguel travailleront ensemble sur la transition. En mon nom et au nom de ma famille, je remercie Ali pour les années de dévouement et d’engagement qui nous ont permis d’écrire l’histoire de Globo jusqu’à présent. Je lui souhaite, ainsi qu’à Villela et Miguel, beaucoup de succès dans leurs nouvelles fonctions au cours des années à venir.
Paulo Marinho

PDG de Globo