avril 18, 2024

Les grandes marques doivent intégrer des expériences financières agréables en 2023.

Toutes les marques doivent prendre conscience qu’elles peuvent et doivent devenir des fintechs. le grand-père de la fintech SA, Christo Davel, directeur commercial de Direct Transact, un facilitateur de services financiers. « C’est une année décisive et les marques qui ne veulent pas rester à la traîne doivent rejoindre l’innovation fintech. »

Davel, qui a lancé un certain nombre de startups fintech sud-africaines, y compris la banque numérique 20twenty en 2001, dit que les marques locales ont été plus tard dans le jeu fintech que de nombreuses marques internationales telles que Uber, Airbnb, Adidas et Starbucks, qui ont déjà embrassé leur transition en acteurs fintech bonafide.

Selon lui, quel que soit le secteur, le produit ou le service qu’elles proposent, toutes les marques devraient intégrer des points de contact et des expériences financières dans leur parcours client afin de faciliter la vie moderne de leurs clients.

Les technologies financières ont atteint un tournant cette année, affirme-t-il. « Si vous êtes un grand détaillant ou une marque prospère et que vous n’innovez pas en 2023, vous êtes en difficulté. Le monde a changé depuis la pandémie et les besoins des clients ont évolué. Nous ne reviendrons jamais à la situation d’avant. Les marques qui n’adoptent pas le commerce électronique et le s-commerce, la vente au détail hybride, les paiements mobiles, les offres de services financiers sans numéraire, les paiements en temps réel et les services intégrés tels que l’achat immédiat et le paiement différé (BNPL), les portefeuilles électroniques et les assurances intégrées, seront éliminées de la course. Les clients vont migrer vers les marques qui leur offrent des expériences faciles, fluides, sans friction et agréables. »

Selon lui, un certain nombre de forces mondiales ont conspiré pour que le jeu de l’innovation en matière de fintech de détail prenne fin en 2023. Et avec les défis accrus auxquels sont confrontés les consommateurs et les entreprises sud-africains, la concurrence est rude. Des facteurs tels que la numérisation rapide post-Covid, un boom exponentiel des données et de l’intelligence artificielle (IA), des pressions inflationnistes sur les consommateurs, des défis logistiques pour les importateurs et les exportateurs, des augmentations du prix du carburant et des écosystèmes hyperconnectés en réponse à la  » permacrisis « , voire aux pannes de courant, exercent une pression sans précédent sur les détaillants et les marques pour qu’ils utilisent l’innovation fintech afin de répondre aux besoins changeants et aux frustrations de leurs clients.

Le terme clé au centre de ce changement est « finance intégrée », dit Davel. « La finance embarquée, c’est lorsque les services financiers sont intégrés dans un engagement client existant avec une marque de confiance, sans aucune friction ni effort supplémentaire. Si cela est bien fait, c’est invisible et fait simplement partie d’une expérience de marque existante. L’utilisation intelligente de l’IA et des données peut permettre aux marques de proposer des avantages plus intelligents et plus pertinents à leurs utilisateurs finaux. Les possibilités de personnalisation par les données des transactions qui sont intégrées dans les expériences quotidiennes sont infinies. »

En citant quelques exemples pratiques, Davel indique que la finance embarquée a été utilisée avec succès pour faciliter l’embarquement dans le Gautrain. Les navetteurs n’ont plus besoin d’une carte Gautrain et peuvent simplement passer leur téléphone et leur portefeuille mobile au tourniquet pour monter dans le train. Les applications de covoiturage font également preuve d’efficacité en intégrant un portefeuille numérique, permettant aux utilisateurs de payer leur trajet et d’autres services directement dans l’application sans avoir à sortir de l’argent ou des cartes de crédit de leur poche. Des compagnies aériennes et des loueurs de voitures astucieux utilisent également la finance intégrée pour offrir des options de paiement, d’assurance ou même d’acompte transparentes dans l’engagement mobile de leurs clients.

La finance embarquée va connaître une croissance significative au cours des deux prochaines années

Une récente étude mondiale analyse d’Accenture prévoit que les services bancaires intégrés pour le secteur des petites et moyennes entreprises pourraient capter 26 % (32 milliards de dollars) des revenus bancaires mondiaux des PME d’ici 2025, tandis que les autres plateformes numériques qui proposent des financements intégrés pourraient connaître une expansion de 92 milliards de dollars. Prévisions 2023 de Deloitte sur les marchés bancaires et financiers prévoit également que les revenus de la finance embarquée vont exploser d’ici 2025 pour atteindre une valeur totale estimée à 230 milliards de dollars.

Davel pense que le succès de la finance embarquée commence du côté des besoins des clients. Les acteurs qui découvrent et améliorent les points de friction réels du client d’une manière souple mais conforme gagneront. « Ben Robinson, d’Aperture, a bien résumé la situation en disant qu’il s’agit d’intégrer les services financiers dans un canal que le client utilise déjà, dans le cadre du parcours utilisateur existant. Le contexte est compris et, par extension, le besoin est compris. »

Résoudre le dilemme de l’innovateur

Alors qu’un nombre croissant de marques explorent les moyens d’intégrer des services financiers dans leurs interfaces clients, beaucoup d’entre elles ont du mal à réussir cette innovation toutes seules, explique M. Davel.

« Le fait est qu’il est difficile pour les grandes entreprises d’innover, surtout lorsqu’il y a tant de risques et de pression sur le marché. Je l’ai constaté au cours des 20 dernières années, voire plus, dans le domaine des technologies financières. Le problème est bien décrit par l’auteur Clayton Christensen dans son livre emblématique Le dilemme de l’innovateur. Mais cela ne doit pas freiner les détaillants et les marques. En 2023, s’ils ne l’ont pas déjà fait, ils devront trouver des partenaires dans l’écosystème fintech local qui pourront les aider à embrasser un avenir plus ouvert et collaboratif. Les détaillants, par exemple, peuvent travailler avec une banque agile et des partenaires de services bancaires externalisés pour créer de nouveaux produits et services qui obtiendront plus de satisfaction et de fidélité de la part des clients. »

Selon M. Davel, la clé de l’innovation est l’ouverture. « L’ouverture ne peut fonctionner que si vous réunissez l’innovation, les opportunités et la collaboration. En Afrique du Sud, vous avez déjà des détaillants comme Shoprite qui s’associent avec des banques et une foule d’acteurs fintech, dont Direct Transact, pour déployer des solutions de services financiers que leurs clients souhaitent. Pick n Pay a récemment annoncé qu’il acceptait les bitcoins. MTN et Vodacom explorent tous deux les innovations fintech.

« C’est une période passionnante pour l’innovation fintech locale, et ceux qui en bénéficieront sont les consommateurs, à la fois du côté des revenus élevés, qui veulent une commodité de paiement mobile supérieure, et en termes d’inclusion financière et de commodité de transfert de fonds et de crédit pour les personnes non bancarisées. Les entreprises qui n’innovent pas et n’évoluent pas cette année perdront ces clients. »

Le gros lot: 2023 sera une année clé pour l’innovation fintech en SA, les entreprises et les marques se bousculant pour lancer des offres financières et la finance embarquée à leurs clients.