avril 20, 2024

Les collaborations entre l’homme et l’IA ont le potentiel d’améliorer les reportages des médias

Les entreprises ne se contentent plus de parler des outils d’intelligence artificielle (IA), elles les utilisent à un rythme exponentiel. Le marché mondial de l’IA représentait plus de 136 milliards de dollars l’année dernière, et devrait croître d’environ 37 % par an jusqu’en 2030.

Bien que l’utilisation de l’IA dans la surveillance des médias et le reportage n’ait rien de nouveau, la nouvelle génération d’outils d’IA transforme la façon dont les données médiatiques sont utilisées, permettant une meilleure prise de décision stratégique et une meilleure gestion de la réputation.

L’avantage le plus évident des outils d’IA est leur rapidité et leur efficacité dans le traitement de quantités massives de données sur une multitude de plateformes médiatiques. Ils excellent également dans la détection de modèles et de liens dans les données qui pourraient autrement passer inaperçus.

Le pouvoir de l’IA ne se limite pas au traitement des données Joe HammanJoe Hamman, fondateur et directeur général du Groupe Novus, société de surveillance des médias locaux.

« L’IA est aujourd’hui capable de comprendre le contexte et le sentiment avec beaucoup plus de précision que jamais à travers un éventail de canaux. Cela peut aider les organisations à comprendre l’opinion publique sur leur marque et leurs concurrents en temps réel, et à répondre plus rapidement aux tendances émergentes ou aux crises », ajoute-t-il.

Il peut également utiliser des données historiques pour prédire les tendances futures. En prédisant la popularité d’un sujet d’actualité sur la base des tendances passées, il peut aider les entreprises à concentrer leurs ressources sur les sujets les plus percutants. Mais l’une de ses capacités les plus intéressantes réside dans la visualisation de données, où il peut aider à créer des visualisations de données dynamiques et interactives, rendant ainsi des données complexes plus compréhensibles et plus attrayantes pour le public.

Cependant, aussi puissante que soit l’IA, elle n’est pas sans limites, explique M. Hamman. Elle peut mal interpréter le sarcasme ou l’humour, et elle a du mal à comprendre les nuances culturelles et les subtilités du langage. Elle est également limitée par la qualité et l’étendue des données sur lesquelles elle a été formée. C’est là que l’intelligence humaine intervient.