juillet 19, 2024

L’effondrement de l’économie ghanéenne entrave l’introduction de l’eCedi

Kwame Oppong, le responsable de la Fintech et de l’innovation à la Banque du Ghana (BoG), a déclaré à CAJ News Africa que les conditions actuelles n’étaient pas propices.

« Lorsque l’économie se sera stabilisée, la BoG n’hésitera pas à mettre en place l’eCedi tant attendu « , a déclaré Oppong.

Cette déclaration intervient un an après le lancement de la monnaie numérique.

La BoG n’est pas sur une base financière saine.

Fin juillet, la banque centrale a déclaré une perte totale de GH₵60 milliards (5,2 milliards de dollars), pour l’ensemble de l’année 2022. Sur cette perte, ₵53,1 milliards étaient le résultat direct de l’exercice de restructuration de la dette intérieure du gouvernement.

La BoG s’est inquiétée du fait que cette situation soit devenue « une question de politisation malheureuse », l’opposition ayant appelé à la démission du gouverneur, Ernest Addison.

L’eCedi, comme d’autres monnaies numériques de la Banque Centrale (CBDC), sont en train de devenir des outils vitaux dans le monde entier en raison des opportunités qu’elles offrent pour la compensation et les règlements, les transferts nationaux, les transactions transfrontalières, entre autres.

L’eCedi, selon les experts, améliorerait la vitesse de liquidation de l’argent tout en promouvant la sécurité.

Les autres avantages sont l’amélioration de l’accès aux liquidités, l’amélioration de l’efficacité de l’interopérabilité, le renforcement de l’efficacité des paiements, la réduction des coûts de transaction, la promotion de la confiance dans les paiements numériques, l’amélioration de la gestion de la fraude et l’aide à l’expansion des innovations dans le secteur financier numérique.

Martha Acquaye, responsable de la banque numérique à la Cal Bank Ghana, pense que l’introduction de la monnaie numérique sera plus pratique pour les clients et réduira le risque d’avoir à transporter de l’argent liquide pour les transactions.

Certains leaders de l’industrie de la fintech ont appelé la BoG à faire de la protection des données des clients une priorité lors de la mise en place de l’eCedi.

Romeo Bugyei, directeur général d’IT Consortium, pense que le déploiement de l’eCedi sera passionnant pour les acteurs de l’industrie malgré les défis.

« Pour nous, dans le secteur de la fintech, c’est une période passionnante. Nous ne devrions pas nous inquiéter des défis, mais nous concentrer sur les opportunités de construire des entreprises autour d’eux. Nous devons planifier et trouver des solutions », a-t-il déclaré.

Les parties prenantes de l’industrie fintech ghanéenne ont appelé à une forte collaboration pour permettre au projet eCedi de réussir.

Les parties prenantes comprennent MobileMoney Limited, une filiale à part entière de Scancom PLC, les opérateurs de MTN Ghana, IT Consortium et Cal Bank Ghana.

Clarence Blay, directeur adjoint du Bureau Fintech et Innovation de la BoG, a assuré que l’eCedi ne prendrait pas le relais de l’argent mobile, mais l’améliorerait ainsi que d’autres paiements numériques dans le pays.

Il a donc exhorté toutes les parties prenantes à soutenir et à promouvoir le développement de l’eCedi.

L’eCedi devrait s’appuyer sur les progrès réalisés dans le secteur des paiements numériques depuis plus de deux décennies.

L’expert en monnaie numérique, Yaw Boateng, a exhorté la BoG et le gouvernement à accélérer le processus de décollage de la monnaie électronique.

Il a également encouragé toutes les parties prenantes à « profiter des opportunités offertes par cette forme de monnaie ».

Outre les problèmes de la BoG, les banques commerciales ghanéennes et le secteur financier dans son ensemble sont confrontés aux impacts de l’exercice de restructuration de la dette publique du gouvernement.

Cette crise de 2022 a gâché le rebond après le ralentissement dû à COVID-19.

Le septième rapport de la Banque mondiale sur l’économie ghanéenne, récemment publié, fait état d’une dépréciation de la monnaie, d’une hausse de l’inflation et d’un manque de confiance des investisseurs nationaux.