juin 20, 2024

L’Afrique du Sud connaît une recrudescence des escroqueries aux voyages

Ces escrocs intensifient leurs activités à cette période de l’année.

Plusieurs cas d’escroquerie au voyage ont été cités comme des exemples flagrants de la vulnérabilité des Sud-Africains face aux activités criminelles.

Dans une affaire récente, une femme, désormais surnommée « l’escroc des vacances », aurait escroqué pas moins de 2 500 voyageurs potentiels.

Christo Snyman, PDG de la société de services d’investigation criminalistique CS Forensics, a commenté cette affaire.

Il a noté que la société de l’escroc proposait des voyages de luxe, avec billets d’avion en première classe et hébergement cinq étoiles, vers des destinations telles que les Maldives et Dubaï.

« Dans de nombreux cas, d’anciens clients ont déclaré avoir payé leur voyage sans jamais avoir reçu de confirmation de réservation. Certains clients doivent jusqu’à 68 000 rands pour des vacances qui ne se sont tout simplement pas concrétisées », a déclaré M. Snyman.

Ce montant équivaut à 3 500 dollars américains.

Un cas similaire a récemment suscité l’intérêt des voyageurs qui avaient acheté des vols directs pour les Seychelles et les Maldives, qui ont ensuite été retirés par les compagnies aériennes, mais les clients n’ont jamais été remboursés.

L’agence de voyage responsable de ces réservations a ensuite fermé ses portes, laissant une longue liste de clients dans l’embarras pour un montant pouvant aller jusqu’à 30 000 euros.

CS Forensics a récemment enquêté sur une affaire dans laquelle une agence de voyage a été escroquée pour un montant de plus de 3 millions d’euros.

L’agence en question est devenue responsable du montant cumulé après que deux agents indépendants aient utilisé l’agence comme intermédiaire pour réserver des vols pour leurs clients.

Peu après la réservation de ces vols, l’agence a reçu une multitude de « rétrofacturations » de la part des compagnies aériennes concernées, l’agence devenant responsable du coût des billets d’avion.

Une enquête plus approfondie a permis de remonter jusqu’à une carte de crédit utilisée par les agents indépendants en question.

Dans une autre affaire non liée, un plaignant, qui a déposé une plainte pénale contre l’un des mêmes agents, est le directeur d’un lycée qui a demandé de l’aide pour la réservation d’un groupe de 22 élèves devant se rendre aux États-Unis.

L’agent a reçu deux paiements anticipés de la part de l’école, mais il n’a pas effectué les réservations nécessaires.

L’agent a été arrêté et a comparu devant l’un des tribunaux régionaux du Cap pour vol et fraude, pour un montant total de 683 880 rands. L’agent a été libéré contre une caution de 20 000 rands.

L’agence a depuis été contactée par de nombreuses compagnies aériennes et par des passagers qui avaient acheté des billets d’avion, mais qui ont découvert par la suite que leurs billets avaient été annulés sans leur permission.

Plusieurs passagers ont également indiqué que les billets leur avaient été vendus avec des rabais allant jusqu’à 50 %.