février 29, 2024

Les défis énergétiques de l’Afrique du Sud : une situation sans issue  

D’une part, la compagnie d’électricité, Eskom, a obtenu l’augmentation des tarifs qu’elle souhaitait pour faire face aux délestages. D’autre part, le gouvernement doit protéger les citoyens de ce pays en difficulté contre l’augmentation du coût de la vie.

« C’est le problème auquel nous sommes confrontés », a déclaré M. Ramaphosa dans sa lettre hebdomadaire.

« Nous devons nous assurer qu’Eskom dispose des ressources nécessaires pour résoudre la crise de l’électricité tout en protégeant les Sud-Africains des effets de la hausse des prix », a déclaré Ramaphosa.

Ramaphosa a ajouté : « Il n’y a pas de réponse simple à ce problème ».

Il a donc appelé toutes les parties prenantes, y compris le gouvernement, Eskom, les entreprises, les syndicats et les communautés à travailler ensemble pour atteindre ce qu’il a décrit comme un équilibre très difficile.

M. Ramaphosa a déclaré qu’à tout moment, les parties prenantes doivent être guidées par les besoins et les intérêts des Sud-Africains, en particulier des pauvres.

« Nous devons nous méfier des solutions à court terme que nous regretterons dans les années à venir », a déclaré M. Ramaphosa.

Le régulateur national de l’énergie d’Afrique du Sud (NERSA) a récemment approuvé l’augmentation de 18,65 % des tarifs d’Eskom.

La semaine dernière, M. Ramaphosa a demandé au conseil d’administration d’Eskom de mettre fin à cette augmentation.

Les Sud-Africains sont aux prises avec des difficultés économiques.

Les prix des denrées alimentaires ont augmenté en moyenne de 12 % au cours de l’année dernière.

La semaine dernière, l’Alliance démocratique (DA), principal parti d’opposition, a organisé une marche « Le pouvoir au peuple » vers le siège du Congrès national africain (ANC) au pouvoir.

John Steenhuisen, leader de la DA, a déclaré que la corruption et l’incompétence de l’ANC, et non Eskom ou NERSA, sont à blâmer pour les délestages et les prix élevés de l’électricité.

« L’ANC doit comprendre que s’il continue sur sa voie obstructionniste, il perdra le pouvoir », a déclaré le leader de l’opposition.

Les élections générales sont prévues pour l’année prochaine.