juin 14, 2024

Le pacte de l’opposition pourrait sonner le glas de l’ANC

Au pouvoir depuis la fin de l’apartheid en 1994, l’ANC est aux prises avec une population mécontente et, à l’approche des élections de l’année prochaine qui marqueront les 30 ans d’autonomie de l’Afrique du Sud, est en proie à des luttes intestines.

Depuis des semaines, certains mouvements d’opposition étudient la possibilité d’un accord multipartite afin d’augmenter leurs chances de déloger l’ANC, qu’ils accusent d’être responsable de la criminalité galopante, de la corruption et des problèmes économiques qui affectent l’économie la plus avancée d’Afrique.

Une étape importante a été franchie mercredi lorsque les dirigeants de l’opposition principale, de l’Alliance démocratique (DA), de l’ActionSA, du Freedom Front Plus (FFP), de l’Independent South African National Civic Organisation (ISANCO), de l’Inkatha Freedom Party (IFP), du Spectrum National Party (SNP) et de l’United Independent Movement (UIM) se sont réunis pour une convention nationale multipartite à l’est de Johannesburg.

Le pacte dit « Moonshot » a opté pour le nom de « Charte multipartite pour l’Afrique du Sud ».

La convention devait se poursuivre jusqu’à jeudi.

« Les deux prochains jours ne seront pas consacrés à la politique ou aux politiciens », a déclaré le chef de file de la DA, John Steenhuisen, lors de l’ouverture de la convention.

« Ils concernent le peuple sud-africain. Notre mission, lors de cette convention nationale, est d’apporter des solutions concrètes pour améliorer la vie du peuple sud-africain ».

Steenhuisen s’est engagé non seulement à vaincre l’ANC mais aussi à sauver l’Afrique du Sud.

Des doutes avaient été émis quant au rapprochement des partis, compte tenu des divisions entre les partis d’opposition sud-africains, parfois sur des bases raciales.

« Le moment est venu pour tous les dirigeants réunis ici de mettre de côté la mesquinerie, l’ego et le passé, afin que nous puissions nous concentrer sur l’avenir. La DA est irrévocablement engagée dans ce projet », a déclaré M. Steenhuisen.

Herman Mashaba, leader de l’ActionSA, est optimiste et pense que la coalition mettra fin à l’ère de l’ANC en tant que parti dominant depuis les élections démocratiques, lorsque le vénéré Nelson Mandela est arrivé au pouvoir.

La plupart des successeurs de Mandela à la tête du parti et de l’État ont tiré leur révérence dans des circonstances controversées.

Le dirigeant actuel, Cyril Ramaphosa, est impliqué dans un scandale personnel après que de vastes quantités de devises étrangères prétendument non déclarées ont été trouvées dans sa ferme.

« L’ANC va perdre sa majorité et tous les Sud-Africains le savent, mais ils n’ont jamais vu les partis d’opposition mettre de côté leurs différences pour leur donner de l’espoir », a déclaré Mashaba, ancien maire de Johannesburg.

Le travail de Mashaba avec la DA représente un dégel des relations.

Il démissionne de la DA en 2019 pour créer son propre parti.

« En tant qu’ActionSA, nous nous engageons dans cette convention nationale et nous avons révélé que plus de 91 % des Sud-Africains souhaitent que ce projet aboutisse », a déclaré Mashaba.

Le commentateur Stuart Murray a déclaré : « Je prévois un avenir où ce rassemblement de dirigeants sud-africains bienveillants sera marqué par un progrès démocratique et le début d’une nouvelle prospérité pour tous ceux qui vivent dans ce merveilleux pays. »

Les dernières élections municipales de 2021 ont vu la domination de l’ANC passer sous la barre des 50 % pour la première fois depuis 1994.

En raison des problèmes croissants, notamment les coupures d’électricité quotidiennes, le scrutin présidentiel de 2024 devrait être un exercice décisif.

Les Combattants pour la liberté économique (EFF), qui ont récemment célébré leur dixième anniversaire et devraient recueillir les suffrages des électeurs qui votent pour la première fois, seront un autre acteur majeur du scrutin.

Ce parti s’est fait l’écho des aspirations des jeunes et de la majorité des Noirs les plus touchés par les inégalités économiques.