février 4, 2023

L’Afrique du Sud confrontée à une crise des compétences en matière d’hydrogène  

Yershen Pillay, directeur général de la Chemical Industries Education and Training Authority (CHIETA), prévoit que la crise se poursuivra au cours des cinq à dix prochaines années.

Des milliers d’ingénieurs, de techniciens et d’artisans verts seront nécessaires pour réaliser les aspirations de l’Afrique du Sud en matière d’hydrogène vert.

Pillay a révélé que de nombreuses entreprises aux premiers stades de la production et de la distribution d’hydrogène vert annonçaient déjà des pénuries de transporteurs d’hydrogène qualifiés.

« Si l’on n’y prend garde, les gains massifs des investissements dans l’infrastructure de l’hydrogène vert pourraient conduire à des retours minimes pour le pays », a déclaré le dirigeant.

Dans un rapport récent, CHIETA a identifié 17 compétences futures pour réussir dans l’économie de l’hydrogène.

Il s’agit notamment de techniciens en hydrogène, d’ingénieurs systèmes, de gestionnaires de centrales électriques, d’électriciens de réseaux électriques, de spécialistes du stockage, d’ingénieurs en électrolyse, d’installateurs de pipelines et de spécialistes de la sécurité.

CHIETA a ensuite lancé un plan visant à former 1 000 ingénieurs chimistes pour qu’ils deviennent des ingénieurs en systèmes hydrogène d’ici 2025.

« Il est impératif que la stratégie nationale de développement de la main-d’œuvre dans le domaine de l’hydrogène vert donne la priorité à ces 17 compétences en matière d’hydrogène afin d’éviter d’importer des talents de l’étranger lorsque l’aube de la promesse de l’hydrogène vert arrivera à notre porte », a déclaré Mme Pillay.

Selon un rapport récent de Masdar, une centrale d’énergie propre, les pays africains représentent aujourd’hui environ 3 % des projets mondiaux en matière d’hydrogène.

L’Afrique a le potentiel pour conquérir jusqu’à 10 % du marché mondial de l’hydrogène vert d’ici 2030.

L’industrie africaine de l’hydrogène pourrait créer jusqu’à 3,7 millions d’emplois et stimuler les économies à hauteur de 60 milliards de dollars américains d’ici 2050.

CHIETA estime que l’Afrique du Sud a le potentiel pour devenir un leader mondial de la production d’hydrogène vert grâce à ses ressources naturelles et technologiques.

Ses vastes terres, ses ressources solaires et éoliennes, combinées à la technologie existante, rendent le coût de production de l’hydrogène vert moins élevé que celui des concurrents mondiaux.

Certains pays parient sur l’Afrique du Sud comme futur leader mondial de l’hydrogène vert.

L’Allemagne a récemment annoncé une subvention de 277 millions de rands (15,8 millions de dollars) en faveur du groupe chimique Linde, pour son projet d’hydrogène vert dans la province de Mpumalanga.

La Public Investment Corporation (PIC) a déclaré qu’environ 4,3 trillions de rands sont nécessaires pour le développement de l’économie de l’hydrogène vert en Afrique du Sud.

« Cependant, peu d’attention est accordée aux besoins en compétences de l’économie de l’hydrogène et à l’élargissement du déficit de compétences en matière d’hydrogène vert », a déploré Mme Pillay.