février 29, 2024

Rafa Brites parle de montrer sa cicatrice de césarienne

MARIA PAULA GIACOMELLI
SÃO PAULO, SP (FOLHAPRESS) – Les réseaux sociaux ne donnent pas toujours une idée réelle de la vie des gens. D’autant plus si la personne derrière le profil est quelqu’un qui préfère ne pas montrer certaines situations très difficiles de la vie quotidienne. Rafa Brites, 36 ans, essaie d’éviter de tomber dans cette tentation en montrant la routine qu’elle mène avec ses deux enfants, Rocco, 6 ans, et Leon, 1 an et 4 mois, tous deux issus de sa relation avec Felipe Andreoli.

La présentatrice et conférencière publie généralement du contenu sur les défis de la maternité, des conseils sur la façon de préserver le mariage après les enfants et des messages encourageant à prendre soin de soi.

Récemment, elle a posté une photo de son discours. Dans l’enregistrement, qui fait partie d’une campagne de la fête des mères pour la marque de sous-vêtements Loungerie, elle a montré la cicatrice de la césarienne.
Dans une interview accordée à F5, Rafa parle de l’importance de partager le côté désagréable de la maternité et explique que l’exposition de la cicatrice est un message qui va au-delà de la gêne occasionnée par le fait de montrer une partie du corps qu’elle a essayé à maintes reprises de cacher. « Le message est bien plus important que la gêne que je pourrais ressentir », estime-t-elle. « L’idée est, par l’exposition, de diminuer cette gêne, qui ne devrait pas être une gêne.

Elle explique qu’il lui a été difficile de rédiger cet essai, car elle savait que plusieurs personnes le verraient, mais elle s’est rendu compte que c’était important. « J’en suis venue à la conclusion que de nombreuses femmes traversent cette épreuve et n’en parlent pas », déplore-t-elle. « Parfois, les gens disent que ce n’est qu’une cicatrice, pensant que mon problème est d’ordre physique. Mais ça fait mal de porter des jeans, ça fait mal de tenir le bébé sur ses genoux, parce que c’est haut et fibreux ».

Depuis qu’elle a eu son premier enfant, la journaliste dit avoir regretté que d’autres femmes parlent de la maternité d’un point de vue plus proche de la réalité. Je me suis dit : « Je ne sais pas ce que ces femmes ont fait pour être belles et merveilleuses, parce que mon sein saigne, j’ai du muguet mammaire, j’ai une mastite, je souffre et je pleure » », se souvient-elle. « C’est alors que j’ai entamé une conversation honnête avec les internautes. J’ai commencé par parler de l’allaitement, puis de la sexualité après les enfants.

L’année dernière, la présentatrice a raconté dans l’émission Mais Você (Globo) qu’elle avait dû subir des interventions chirurgicales pour soigner une hémorroïde, une hernie ombilicale et la vésicule biliaire. Autant de résidus des deux grossesses. « Lorsque j’en ai parlé, de nombreuses femmes m’ont envoyé un message pour me dire qu’elles étaient également passées par là. Beaucoup n’en parlent même pas à leur mari, elles souffrent seules. Plus on en parle, plus on le normalise », estime-t-elle.

Le syndrome de l’imposteur est un autre des sujets abordés par Rafa – et il l’affecte également au niveau de la maternité. Elle dit qu’elle ne sera jamais libérée de l’insécurité et du sentiment de ne jamais être assez bien en tant que mère tant que le scénario externe sera une société misogyne et patriarcale.

« Je parle tellement des difficultés que je n’ai même pas l’air d’apprécier d’être mère, mais j’adore ça », dit-elle. « Ces dernières années ont été marquées par une avancée géante dans ce débat. Malgré les « fake news » et tout le mal que les médias sociaux peuvent apporter par leur mauvaise utilisation, c’est un endroit très fertile pour des discussions très importantes. »

Lire aussi : Des célébrités rendent hommage à leurs mères et racontent ce qu’elles leur ont appris