mai 18, 2024

Qui sont les célébrités qui célèbrent leur première fête des pères aux côtés de leurs enfants ?

LEONARDO VOLPATO
SÃO PAULO, SP (FOLHAPRESS) – « C’est merveilleux, mais je me sens comme un enfant avec un nouveau jouet ».
C’est ainsi que le présentateur et acteur Bruno De Luca, 41 ans, définit la routine avec la petite Aurora, 10 mois, et sa première paternité. Il rejoint ainsi d’autres personnalités célèbres qui passeront leur première fête des pères avec leurs enfants.

« Les moments les plus fatigants sont ceux où elle se réveille la nuit. Mais la demande est tellement plus grande pour la femme que ma fatigue devient une plaisanterie », dit le présentateur, soulignant le dévouement de la mère de sa fille, Sthéfany Vidal. « Le lien maternel est toujours plus grand.

Selon lui, il a beau endormir le bébé, jouer, danser et lui faire faire son rot, il y a des moments où le lait maternel est tout ce dont le petit a besoin. Mais il ajoute qu’il a cherché des moyens d’apporter encore plus de soutien à sa mère : « J’ai l’intention de créer d’autres dispositifs pour la distraire afin de ne pas surcharger Sthéfany ».

Comme Bruno, l’acteur Jarbas Homem de Mello, 54 ans, a lui aussi vécu sa première expérience de père aux côtés de Claudia Raia, 56 ans. Il explique que Luca, âgé de 5 mois, a donné un autre sens à la famille et affirme que les exigences quotidiennes sont maîtrisées. « Ce qui nous bouleverse, c’est qu’il n’y a pas d’heures dans la journée pour être avec lui. Dès que j’ai un moment de libre, je suis à ses côtés ».

Pour Mello, son rôle en tant que père est de « mettre Claudia à l’aise et de la soutenir », mais il souligne qu’il aime faire toutes les fonctions avec le bébé. « Les angoisses et les problèmes s’arrêtent quand il ouvre un sourire.

L’ex-BBB Eliezer, 33 ans, dit que depuis quatre mois il essaie de partager toutes les tâches possibles du bébé Lua, qu’il a eu avec Viih Tube, 22 ans. Il se considère comme « une chemise 10 dans le bain et le changement de couche », mais avoue avoir eu du mal à comprendre certaines exigences paternelles.

Aujourd’hui encore, quand elle pleure, je dis « faim », alors Viih pense que c’est du sommeil et finalement c’est vraiment du sommeil. J’avoue qu’au début, cela m’a frustré parce que je me considérais comme un ‘mauvais’ père, mais maintenant je le gère beaucoup mieux », explique l’influenceur.
Il se souvient également que, juste après la naissance de Lua, « c’était désespérant » de ne pas pouvoir dormir, mais il affirme que le pire est passé : « Cela change notre façon de vivre, de penser, d’être en relation et même de prendre soin de nous, parce que j’ai pensé : « Maintenant, je ne peux vraiment pas mourir ou tomber malade ». Je suis un père très chanceux car aujourd’hui, elle dort dix heures d’affilée.

Lire aussi : William Waack qualifie Belém de « milieu de la brousse » et est accusé de préjugés