avril 18, 2024

Pour éviter les pertes, Globo retire le journalisme du carnaval et s’associe au sport avec Boninho.

ARACAJU, SE (FOLHAPRESS) – Globo a décidé de retirer son département journalisme de la production de l’émission du Carnaval. La raison est commerciale. À partir de 2024, les domaines du sport et du divertissement, supervisés par J.B de Oliveira, ou Boninho, dirigeront le travail sur les défilés des écoles de samba.

Selon les principes éditoriaux de Globo, les journalistes ne sont pas autorisés à faire du merchandising ou de la publicité, que ce soit sur le réseau ou en dehors. De plus, le fait que des journalistes soient chargés de la diffusion limiterait les ventes de publicité.

Au cours des deux dernières années, Globo a enregistré des pertes sur ses retransmissions des écoles de samba, malgré les bonnes audiences des défilés, en particulier à Rio de Janeiro. Seul Ambev, propriétaire de la marque de bière Brahma, a acheté un quota de parrainage.

La rémunération des écoles dépend de leurs revenus. En plus d’un quota fixe, Globo verse des primes en fonction de l’argent récolté auprès des sponsors.

Le secteur des sports de Globo est séparé du journalisme et les professionnels tels que les narrateurs et les commentateurs peuvent faire de la publicité, sous réserve d’un accord préalable et de l’autorisation de la direction.

C’est pourquoi Maju Coutinho, Aline Midlej et Rodrigo Bocardi ont quitté les émissions pour cette année. A Rio, Karine Alves, qui est impliquée dans le sport, sera associée à Alex Escobar et Milton Cunha.

À São Paulo, Globo ne sait pas encore qui nommer. La principale préoccupation est le nom d’une femme. À Globo, on estime qu’aucun nom ne s’identifie aujourd’hui à la samba de São Paulo, que ce soit dans le domaine du divertissement ou du journalisme.

Parmi les hommes, deux sont à l’étude : le narrateur Everaldo Marques et Thiago Oliveira, un ancien présentateur sportif qui travaille aujourd’hui sur É de Casa.

Pour 2024, Globo a mis sur le marché quatre quotas de 23,8 millions de R$ chacun. S’il les vend tous, le radiodiffuseur récoltera 95,2 millions de R$.