avril 20, 2024

Matthew Perry, décédé samedi, a raconté sa relation difficile avec la drogue dans sa biographie.

MAURICIO STYCER
SÃO PAULO, SP (FOLHAPRESS) – Presque tout a déjà été dit sur « Friends », l’une des séries les plus populaires et les plus aimées de tous les temps, y compris le fait que Matthew Perry a été confronté à des problèmes de toxicomanie pendant le tournage. Ce que l’on ignore, c’est l’ampleur des problèmes de l’acteur.

Accro au Vicodin, un analgésique à base d’opioïdes, Perry prenait 55 pilules par jour pendant le tournage de la septième saison. Pour jouer la scène tant attendue du mariage de Chandler avec Monica, jouée par Courtney Cox, il a été ramené de sa cure de désintoxication et ramené quelques heures plus tard, accompagné d’un membre de l’équipe.

Lorsqu’il est arrivé au studio, il a entendu une plainte de l’actrice Jennifer Aniston, qui jouait Rachel. Elle lui a dit : « Je suis vraiment ennuyée par toi ». Il lui répond : « Chérie, si tu savais ce que j’ai enduré, tu ne serais pas en colère ». Avec une candeur tranchante, Perry décrit la situation dans ses mémoires récemment publiés.

« Puis nous nous sommes serrés dans les bras et je suis allé travailler. J’ai épousé Monica et j’ai été ramené au centre de désintoxication à l’apogée de mon meilleur moment dans « Friends », le meilleur moment de ma carrière, la phase emblématique d’une série emblématique – dans une camionnette conduite par une personne qui me garderait sobre ».

Comme d’autres livres du même genre, « Friends, Loves and That Terrible Thing » est destiné à l’étagère des livres de développement personnel, mais il présente quelques différences. Perry écrit très bien – l’éditeur affirme qu’il n’a pas eu recours à un scénariste fantôme -, possède un sens de l’humour aiguisé et ne cultive pas l’apitoiement sur soi.

L’acteur parle en détail de ses amis personnels et de « Friends », une duplicité qui se perd dans le titre portugais du livre. Et il fait de nombreuses indiscrétions sur sa vie privée, dont une romance avec Julia Roberts, au milieu de récits dramatiques sur les problèmes causés par l’alcoolisme et la toxicomanie (qu’il appelle « cette chose terrible »).

« J’ai fait plus d’erreurs en amour qu’Elizabeth Taylor », écrit-il.
L’humour de Perry finit par s’emballer. Après avoir fait l’éloge de l’acteur River Phoenix, avec lequel il a joué dans le film « Une nuit dans la vie de Jimmy Reardon » en 1988, il écrit : « Comment se fait-il que des penseurs créatifs comme River Phoenix et Heath Ledger meurent, alors que Keanu Reeves est toujours parmi nous ?
Les protestations ont été si nombreuses qu’il a dû s’excuser (en riant, je crois). « J’ai choisi un nom au hasard, c’est une erreur. Je m’excuse. J’aurais dû utiliser mon propre nom à la place ».

Les fans apprécieront certainement aussi la première plongée de Perry dans sa propre enfance, décrivant ses parents et leur mariage raté. Sa mère, qui deviendra plus tard conseillère de Pierre Trudeau, premier ministre du Canada, était Miss Winter Queen des universités canadiennes.

C’est avec cette couronne sur la tête qu’elle a rencontré son mari, qui était le chanteur d’un groupe appelé les Serendipity Singers.

Comme c’est souvent le cas dans les livres de ce type, Perry cherche dans ses souvenirs d’enfance les racines de ses problèmes ultérieurs. Il se souvient avec insistance d’un voyage pour rendre visite à son père aux États-Unis, portant dans l’avion un badge avec la mention « mineur non accompagné ».
« Le fait d’avoir pris ce vol seul est l’une des nombreuses choses qui m’ont donné le sentiment d’abandon qui m’accompagnera toute ma vie.

Autre passage incontournable de ce type de livre, la vision de Dieu, qui intervient dans une situation limite. « Dieu m’avait donné un aperçu de ce que pouvait être la vie. Il m’a sauvé ce jour-là, et tous les autres, en fait. Il m’a transformé en quelqu’un qui cherche non seulement la sobriété et la vérité, mais aussi pour Lui. »

Matthew Perry est sans aucun doute un survivant. Au début du livre, il raconte comment il a été hospitalisé pendant six mois il y a quelques années à cause d’une rupture du côlon. Depuis, il a subi 14 opérations. Il raconte également qu’il a suivi plus de 65 cures de désintoxication au cours de sa vie, la première ayant eu lieu à l’âge de 26 ans.

« J’ai dépensé plus de 7 millions de dollars pour essayer de devenir sobre. J’ai participé à 6 000 réunions des Alcooliques Anonymes (ce n’est pas une exagération, mais une estimation approximative). Je suis allé 15 fois en cure de désintoxication. J’ai été admis dans un hôpital psychiatrique, j’ai passé 30 ans en thérapie deux fois par semaine, j’ai frôlé la mort », dit-il.

« Je devrais être mort. Si vous voulez, vous pouvez considérer ce que vous allez lire comme un message de l’au-delà, de mon au-delà », se prévient-il dans l’introduction.AMIS, AMOURS ET CETTE CHOSE TERRIBLE
Prix : R$ 59,90 (294 pages)Auteur Matthew Perry
Editeur : BestSeller
Traduction : Carolina Simmer
Rating : Good

Read Also : Tata Werneck s’émeut du mauvais test de sa fille