juillet 19, 2024

Julia Quinn, de « Bridgerton », dit qu’elle ne veut pas faire de la « diversité pour la diversité ».

WALTER PORTO
RIO DE JANEIRO, RJ (FOLHAPRESS) – Julia Quinn appréhendait un peu le bal masqué que la Biennale organisait ce samedi en l’honneur de son « Bridgerton ». D’autres expériences au Brésil lui avaient déjà appris à quel point les gens peuvent être intenses.

« C’est le seul endroit où je signe des livres pendant des heures et où tous les lecteurs me prennent en photo », explique cette Américaine de 53 ans, simulant un massage sur ses joues souriantes et rêvant d’un spa en Floride. « Le photographe est déjà inclus dans le forfait avec la signature du livre.

En plus de participer à la fête pleine de cosplays d’époque qui la célèbrera au milieu du pavillon Riocentro, elle prendra la parole ce dimanche matin en tant qu’une des grandes stars de l’événement. C’est vrai.

La série « The Bridgertons », qu’elle a écrite il y a plus de 20 ans, est devenue un véritable phénomène de vente ici après avoir été adaptée en série par Netflix. C’est devenu l’un des plus gros investissements d’Arqueiro et a donné lieu à d’autres éditions récentes, un récit des coulisses de la production et un spin-off intitulé « Queen Charlotte ».

Ce dernier est très métalinguistique : « Bridgerton » est devenu une série, qui est devenue une autre série, qui est devenue un livre », commente-t-elle, incarnant un discours que la Biennale a renforcé cette année, sur la façon dont la consommation de récits littéraires n’est pas toujours collée aux pages des livres.

Dans le cas de l’adaptation de « Bridgerton », une série qui figure sur le podium des plus grandes audiences de Netflix, la présence de personnages noirs dans les palais et les cours européennes d’antan a enflammé le débat. Quinn n’avait pas fait ce changement dans ses livres, qui sont entièrement caractérisés par des Blancs, mais elle a soutenu l’idée de la production de Shonda Rhimes dès le premier jour.
Mais souhaite-t-elle promouvoir ce type d’inclusion dans sa littérature ? Elle est réticente, parce qu’elle dit que c’est plus difficile à faire dans un livre.

« Lorsque je montre des Noirs à la télévision, ils sont là, ils font partie de la scène. Dans un livre, il faudrait que je le fasse très délibérément, que j’attire l’attention. Il y aurait un sentiment de ‘pourquoi décrivez-vous autant ces personnages, essayez-vous de prouver quelque chose ?

C’est un souci d’éviter de mettre le nez des lecteurs dans les détails, alors qu’à la télévision, les choses peuvent être décrites de manière plus naturelle. De plus, elle affirme ne pas vouloir « faire de la diversité pour faire de la diversité ».

« Si je dois le faire, je veux le faire bien. Pour entrer dans la tête d’un personnage comme seul un livre peut le faire, vous devez savoir avec autant de sensibilité et de respect que possible comment certaines questions historiques ont affecté les personnes non blanches. Si vous le faites mal, vous risquez de faire beaucoup plus de dégâts ».

Quinn insiste sur le fait qu’il est plus important d’écrire ces livres elle-même que de soutenir la production d’auteurs qui ne sont pas blancs, en veillant à ce que leurs livres soient mieux connus et circulent mieux sur les médias sociaux et dans les librairies.

Toute cette discussion aborde un autre aspect de la question, le révisionnisme historique qui a conduit les éditeurs à supprimer ou à réécrire des termes considérés comme racistes dans d’anciens ouvrages d’auteurs tels que Monteiro Lobato et Agatha Christie. En effet, c’est la représentation classique des minorités qui est en jeu.
A ce sujet, Quinn se comprime la bouche dans la chambre d’hôtel de Rio où elle séjourne et dit parfois qu’elle ne sait pas quoi dire.

Elle dit qu’elle ne se sent pas à l’aise avec le fait qu’une personne extérieure comme elle pointe du doigt un livre et dise qu’il doit être réécrit – mais c’est différent lorsqu’il s’agit de la décision des héritiers, qui ne veulent plus publier certains contenus. En y réfléchissant, elle se souvient d’un exemple.

« Je suis juive, vous savez. Et Roald Dahl était un terrible antisémite, une personne vraiment horrible. Mais bon sang, quelle imagination il avait. »

Lire aussi : Demi Lovato chante avec Luísa Sonza lors d’un concert rock à The Town