mai 21, 2024

Ivete Sangalo et Rod Stewart ont offert un spectacle vivant mais usé par le temps.

AMANDA CAVALCANTI
SÃO PAULO, SP (FOLHAPRESS) – Ce samedi 30, Ivete Sangalo et le chanteur britannique Rod Stewart ont uni leurs forces pour présenter le concert « Legends In Concert » à l’Allianz Parque de São Paulo.
« Legends in Concert » est un projet de la société de production Move Concerts qui réunit une attraction nationale et une grande attraction internationale sur des scènes brésiliennes. Avec Sangalo et Stewart, la série de concerts fait ses débuts.

Ivete a donné un spectacle d’ouverture avec orchestre et danseurs, qui a duré près de 80 minutes pour le public de l’Allianz Parque, qui s’est levé de son siège pour accompagner les chanteurs dans leurs chansons les plus célèbres.

« Arerê » et « Poeira » ont fait danser les fans les plus excités, et les moments « romantiques », comme les définit Ivete, tels que « Se Eu Não te Amasse Tanto Assim » et « Quando a Chuva Passar », vers la fin du spectacle, ont été accompagnés par le public en chœur.

À la moitié du spectacle, la chanteuse s’est arrêtée pour saluer son partenaire de scène et a ajouté : « Échauffons-nous, parce que quand ce sera Rod, même je ne veux pas rester ici sur scène, je veux être près de toi ».

Le bâton a ensuite été passé à Stewart, qui ne s’était pas produit au Brésil depuis 2015, et le chanteur est monté sur scène une demi-heure plus tard que prévu, à 21h30, dans un costume lumineux comme celui d’Ivete.

Actif depuis la fin des années 1960, il a sorti son premier album solo en 1969 et a connu de nombreux succès depuis, dont quatre ont atteint le sommet du classement Billboard.
La prestation de Stewart reflète son succès au fil des décennies et le chanteur a choisi quelques-uns de ses plus grands succès pour les interpréter pendant près de deux heures, notamment « Maggie May », de 1971, et « Baby Jane », de 1983, son dernier single à avoir atteint la première place du hit-parade.

Le spectacle, tout comme le succès de Stewart dans les charts, est quelque peu figé dans le temps. Les hommes qui composent le groupe du musicien sont vêtus de vestes blanches et de pantalons noirs moulants, comme dans les années 1960. Les danseuses qui l’accompagnent portent des robes courtes à paillettes qui rappellent la mode disco et, lorsque le chanteur interprète un de ses succès des années 1980, elles s’harmonisent avec les globes miroirs diffusés sur les écrans géants.
Mais le public, composé essentiellement de familles et de couples, n’a pas semblé s’en soucier. Les spectateurs ont continué à se lever et à danser malgré la pluie qui s’est abattue sur l’Allianz Parque pendant la majeure partie du concert, entraînant sur les côtés du stade de nombreux spectateurs qui avaient payé pour des places assises sur le tarmac.

L’énergie et l’humour de Stewart ont contribué à maintenir l’ambiance. Au sommet de ses 78 tours, en plus de chanter, le Britannique danse, discute avec le public et change plusieurs fois de costume. Dans l’un d’eux, il s’est habillé en jaune et bleu en l’honneur du drapeau ukrainien et a appelé à la « chute de Poutine ».

Après les romantiques « I Don’t Wanna Talk About It » et « Have I Told You Lately », le chanteur a rendu hommage à Tina Turner, décédée en mai dernier, avec le titre « It Takes Two », de Marvin Gaye et Kim Weston, que Turner et Stewart avaient repris en 1990.
Dans la dernière ligne droite du spectacle, la chanteuse a appelé Ivete sur scène pour chanter son célèbre tube « Da Ya Think I’m Sexy ? », célèbrement poursuivi pour avoir plagié le chanteur Jorge Ben Jor. Après avoir déclaré qu’être invité à chanter avec Stewart était « un rêve », les deux artistes ont terminé le spectacle avec le titre « Sailing ».

Même sous une pluie fine, Rod Stewart et Ivete Sangalo ont eu suffisamment d’énergie pour réchauffer le public de l’Allianz Parque.

Lire aussi : J’aime être amoureuse, peu importe que ce soit un homme ou une femme, dit Maria Bethânia