juin 20, 2024

Globo saisit la justice pour faire cesser la diffusion du « plus grand pirate de feuilletons » du Brésil

ARACAJU, SE (FOLHAPRESS) – Globo a saisi la justice et lancé une opération contre le site Carol Novelas, qui vend sur Internet environ 500 feuilletons brésiliens complets aux amateurs du genre. Les avocats de la chaîne affirment que Leandro da Silva Evangelista, propriétaire du site et cible de l’action, est « le plus grand pirate de feuilletons » du pays en raison de la solidité de ce qu’il met à disposition. Même les intrigues rares qui ne sont pas diffusées en continu sont vendues.

Le rapport a eu accès aux documents du procès, qui sont traités conjointement par le 8e tribunal civil et le 1er tribunal des affaires de la Cour de justice de São Paulo (TJ-SP).

Sur son site web, Evangelista indique qu’il possède dans sa collection diverses parcelles de tous les radiodiffuseurs. Outre Globo, il y a quelques productions étrangères disponibles, ainsi que d’autres chaînes de télévision, telles que SBT, Record, Band, et la défunte Rede Manchete (1983-1999).

Même la chaîne pionnière Tupi, premier diffuseur brésilien, a un feuilleton dans son catalogue. Il s’agit de « Gaivotas » (1979), l’une de ses dernières productions avant sa disparition en 1980.

La variété et la quantité des éléments de la collection ont impressionné les avocats de Globo, qui passent au scanner pour retirer le contenu, qui a été mis à disposition illégalement sur l’internet et qui viole la législation sur le droit d’auteur. Pour que le client ait accès à la collection, Leandro demande une redevance unique de R$ 220.

Dès que le montant est payé, l’équipe de Carol Novelas, composée de trois personnes, envoie à l’intéressé un fichier Google Drive qui lui donne le droit d’accéder à toutes les productions qu’il souhaite. Le reportage a pu accéder au contenu. La qualité de l’image est élevée, même dans les anciens feuilletons des années 1980 et 1990.

SUCCÈS PERDUS ET SUCCÈS IGNORÉS PAR GLOBOPLAY

Globo a attiré l’attention sur le fait qu’Evangelista a des productions qui ne se trouvent actuellement que dans les archives du radiodiffuseur. C’est le cas de « Olho no Olho », un feuilleton de 1993 avec Tony Ramos. Il s’agissait d’êtres paranormaux dotés de pouvoirs spéciaux, comme un prélude à « Os Mutantes » (2008) de Record. L’intrigue a été qualifiée de sataniste à l’époque et n’a jamais été rediffusée ni rendue disponible.

Un autre exemple est « O Amor Está no Ar » (1996), le premier feuilleton mettant en scène Rodrigo Santoro dans sa carrière, et considéré comme un échec majeur dans le créneau de six heures de Globo. L’un des thèmes de la production était les extraterrestres et l’existence possible d’une vie en dehors de la Terre. Sa performance a été si mauvaise qu’elle a dû être interrompue prématurément.

Le catalogue contient également l’intégralité de « De Corpo e Alma » (1992), le premier feuilleton solo de Gloria Perez dans le créneau de grande écoute de Globo, marqué par le meurtre de sa fille, l’actrice Daniella Perez (1970-1992), par son partenaire de jeu, l’acteur Guilherme de Pádua (1969-2022).

Mais le catalogue ne se limite pas aux intrigues perdues ou ratées. On y trouve aussi des succès oubliés. C’est le cas de la première version de « Ti Ti Ti », datant de 1985 et écrite par Cassiano Gabus Mendes. Phénomène d’audience à l’époque, elle n’a pas été rediffusée par Globo depuis 1988. Globoplay ne dispose que du remake de la production, diffusé en 2010.

Un autre exemple de succès qui se trouve sur la page et non sur Globoplay est « Hipertensão », une production de 1987 dans le créneau de sept heures qui n’a jamais été rediffusée par Globo. Écrite par Ivani Ribeiro (1922-1995), le même auteur que « A Viagem » (1994), l’intrigue a la particularité d’avoir Cesar Filho, actuellement journaliste et présentateur pour Record, dans l’un de ses rôles principaux.

Des intrigues actuellement diffusées, telles que « Terra e Paixão » et « Vai na Fé » (2023), récemment finalisée, sont également disponibles.

GLOBO DEMANDE DE L’ARGENT ET D’ÊTRE RETIRÉ DE L’ANTENNE

Pour punir Evangelista, Globo a demandé qu’il soit retiré de l’antenne immédiatement et qu’il soit empêché de vendre le catalogue qu’il possède, ce que le radiodiffuseur considère comme de la « concurrence déloyale ». La société demande une indemnisation de 100 000 R$ pour préjudice moral.

Contacté par le rapport, Globo a déclaré qu’il ne commentait pas les affaires juridiques en cours. Le rapport a tenté de contacter le blog Carol Novelas via l’adresse électronique fournie par la page. Deux messages ont été envoyés, sans réponse.