février 29, 2024

Globo défend Mônica Waldvogel après les critiques sur les liens du PT avec le Hamas

(FOLHAPRESS) – Suite aux critiques sur les réseaux sociaux, Globo a défendu la journaliste Mônica Waldvogel, qui a parlé lundi (9) dans l’émission Em Ponto de GloboNews d’un lien présumé entre le PT (Parti des Travailleurs) et le Hamas. Le groupe terroriste a attaqué Israël samedi (7) et a déclenché une série d’attaques dans la région du Moyen-Orient.

Au cours de sa couverture du conflit, la présentatrice de la matinale a déclaré que ce lien supposé entre le parti et le groupe terroriste était la raison pour laquelle le gouvernement brésilien – dirigé par Luiz Inácio Lula da Silva, qui appartient au PT – n’avait pas directement désavoué les attaques du groupe.

« L’un des points qui a attiré mon attention est le fait que le gouvernement brésilien a essayé de ne pas mentionner le nom du groupe Hamas. Il y a des relations de la part du Parti des travailleurs, qui considèrent qu’il s’agit d’une résistance, parce qu’il n’y a pas de négociations pour offrir le meilleur statut à la Palestine », a déclaré le journaliste.

La vidéo est devenue virale. Des noms liés à la gauche sur Internet ont critiqué le discours et affirmé qu’il s’agissait d’une « fake news ». En coulisses, les députés du PT se sont également plaints auprès des journalistes de la chaîne d’information Globo à Brasilia.

Contacté par F5, le PT n’a pas commenté la déclaration de Mônica Waldvogel. Globo affirme qu’il n’y a pas eu d’erreur et que l’information est vraie.

Selon le radiodiffuseur, en 2021, certains députés du PT ont publié un manifeste défendant le Hamas en tant que résistance à Israël, qui ne négocierait pas la paix avec le peuple palestinien.

Le radiodiffuseur indique que la présentatrice reviendra sur le sujet dans la prochaine édition de l’émission, mardi (10), pour expliquer ce qu’elle a voulu dire.

Voir le communiqué de Globo dans son intégralité :

« Demain, sur Em Ponto, Mônica Waldvogel réitérera qu’elle a fait référence, non pas au PT dans son ensemble, mais à un manifeste signé en 2021 par des représentants du parti.
Dans ce manifeste, les signataires déclarent que :

La résistance n’est pas le terrorisme !

Tout le soutien au peuple palestinien dans sa lutte pour des droits légitimes. Les parlementaires, organisations et dirigeants brésiliens qui signent ce document expriment leur profond mécontentement face à la déclaration de la ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, qui a qualifié le Mouvement de résistance islamique – Hamas – d' »organisation terroriste », affirmant à tort que le mouvement palestinien est « fondamentalement et radicalement antisémite ».

Cette position représente une extension de la politique coloniale britannique, en contradiction avec la position de la majorité du peuple britannique, qui s’oppose à l’occupation israélienne et à ses crimes. Son objectif est clair : cibler la résistance palestinienne légitime contre l’occupation israélienne et l’apartheid, en adoptant une position clairement biaisée en faveur d’Israël et en devenant complice des agressions constantes contre les Palestiniens et leurs droits légitimes.

Le droit à la résistance garanti par le droit international et humanitaire, la Charte des Nations unies et diverses résolutions de l’ONU, notamment les résolutions 2 649/1970, 2 787/1971 et 3103/1974, qui réaffirment le droit de tous les peuples sous domination coloniale et oppression étrangère de résister à l’occupant usurpateur et de se défendre.

La résistance est un droit légitime des Palestiniens face à l’occupation et aux violations répétées des droits de l’homme, ainsi qu’aux crimes de guerre. C’est un droit que les Palestiniens n’abandonneront pas et pour lequel ils peuvent compter sur notre soutien et notre solidarité dans leur cause de libération et pour leur État national palestinien.
Brésil, 23 novembre 2021.

Mônica vous informera également que, sur le site web de l’émission, les abonnés pourront trouver les noms des députés du PT suivants qui ont signé le manifeste :

Député Zeca Dirceu (PT-PR)
Député Paulo Pimenta (PT-RS)
Député Alexandre Padilha (PT-SP)
Députée Érika Kokay (PT-DF)
Députée Rosa Neide (PT-MT)
Député Enio Verri (PT-PR)
Député Helder Salomão (PT-ES)
Député Nilto Tatto (PT-SP)
Député Padre João (PT-MG)
Député Paulão (PT-AL) ».

Lire aussi : Carla Zambelli et Lindbergh échangent des délits et doivent être séparés par leurs collègues