juin 20, 2024

Anitta dit qu’elle veut fonder une famille, mais que sa carrière l’en empêche : « Ce personnage ne la laissera pas faire ».

SÃO PAULO, SP (FOLHAPRESS) – Afin de se faire connaître de plus en plus au niveau international, Anitta a accordé plusieurs interviews à des publications d’autres pays. Dans la dernière en date, publiée jeudi 14, la chanteuse explique que son désir d’être mère et de fonder une famille est entravé par sa carrière.

« En ce moment, je veux avoir une famille et d’autres choses, mais ce personnage ne me laisse pas faire », a-t-elle déclaré dans une interview accordée à InStyle. « Si je ralentis, Larissa pourra peut-être avoir une vie personnelle. Tout au long de l’article, la funkeira sépare sa vie personnelle, Larissa, de sa vie professionnelle, Anitta, et dit qu’à l’intérieur, elle est timide, douce et peu sûre d’elle.

Elle poursuit en disant que le personnage d’Anitta a appris à parler couramment d’autres langues « en couchant avec des hommes qui les parlent », tandis que Larissa a appris à parler couramment « de la manière la plus ennuyeuse qui soit : avec des professeurs ».

À propos des hommes, elle réfute l’étiquette de « fausse bisexuelle » qui circule parmi les internautes, qui lui reprochent de n’avoir jamais fréquenté publiquement une femme. Certains disent que je suis une « fausse bisexuelle » parce que je ne suis jamais sortie avec une fille dans le cadre d’une relation à long terme. Mais même mes relations avec les hommes ne durent pas plus de trois mois ».

Elle a également évoqué les abus sexuels qu’elle dit avoir subis lorsqu’elle était adolescente, à l’âge de 15 ans, et explique que le fait de se créer une personnalité hautaine était un moyen de surmonter ce traumatisme.

« Anitta fait tout et dit tout, elle n’a peur de personne, elle couche avec tout le monde et le sexe est tout pour elle. Je me suis dit que si ma personnalité était comme ça, peut-être que (l’agression sexuelle) ne m’arriverait pas, parce que j’aurais tellement d’attitude que personne n’aurait le courage de s’en prendre à moi. »