février 24, 2024

Le Nigeria s’inquiète de l’implication des étudiants dans la fraude sur Internet

Les étudiants et les diplômés de l’université qui luttent pour trouver un emploi dans la plus grande nation et économie d’Afrique sont dénoncés comme étant les cerveaux de la cybercriminalité, ce qui leur a valu le surnom de « Yahoo Boys ».

La semaine dernière, la Commission des crimes économiques et financiers (EFCC), chargée de lutter contre la corruption au Nigeria, s’est retrouvée sous le feu des critiques lorsqu’elle a effectué une descente nocturne à l’université Obafemi Awolowo (OAU) dans l’État d’Osun, au sud-ouest du pays.

Ils ont arrêté 69 étudiants, apparemment sans preuves suffisantes de la part des organisations que les universitaires étaient impliqués dans des délits.

Les étudiants ont été rapidement relâchés et l’EFCC a immédiatement mis fin aux raids nocturnes.

Les étudiants de l’université sont descendus dans la rue pour protester contre l’intervention musclée de l’agence anti-corruption.

L’EFCC a lancé un appel aux directeurs d’établissements d’enseignement supérieur pour qu’ils collaborent avec l’agence afin d’enrayer la cybercriminalité parmi les étudiants.

Michael Nzekwe, commandant régional de l’EFCC, a appelé les autorités des établissements d’enseignement supérieur à mettre en place des mesures susceptibles de décourager les étudiants de s’adonner à la criminalité.

L’EFCC a rencontré les chanceliers, les recteurs et les proviseurs des établissements d’enseignement supérieur pour discuter de la manière dont les universités pourraient s’attaquer à l’implication des étudiants dans la cybercriminalité.

Le professeur Salawu Sadiku, vice-chancelier de la Confluence University of Science and Technology, estime que des cours de lutte contre la corruption doivent être intégrés au programme scolaire et enseignés à tous les niveaux.

« Nous devons faire davantage pour que les étudiants se concentrent sur leurs études et renoncent à toutes les formes de cybercriminalité », a déclaré M. Nzekwe.