avril 20, 2024

L’amélioration de la diversité des genres peut-elle sauver les résultats des médias d’information ?

Tapez « media industry turmoil » dans votre moteur de recherche et vous serez confronté à une avalanche de titres décrivant l’évolution du paysage économique et des consommateurs dans lequel se trouve le secteur. La recherche montre que la diversité, dans l’ensemble de l’écosystème de l’information, a le potentiel de sauver les résultats du secteur.

Il est tout à fait justifié, d’un point de vue économique, que les médias soient plus diversifiés et plus réfléchis. Dans son étude sur l’égalité des sexes dans les médias en ligne de six pays, dont l’Afrique du Sud, intitulée From Outrage to Opportunity, Luba Kassova montre qu’une action mondiale visant à combler l’écart de 11 à 12 points de pourcentage entre la consommation d’informations par les hommes et les femmes pourrait créer une opportunité de revenus de 43 milliards de dollars entre 2023 et 2027 et de 83 milliards de dollars entre 2023 et 2032.

Et même si l’écart est comblé de manière plus réaliste, à raison d’un point de pourcentage par an au cours des cinq prochaines années, les nouvelles audiences féminines génèreraient un revenu combiné de 11 milliards de dollars, soit 38 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie.

Les femmes veulent consommer de l’information. Les recherches de Mme Kassova ont montré que les femmes sont plus intéressées que les hommes par 11 des 16 genres d’information. Les cinq genres manquants racontent une histoire : les affaires, la politique, les nouvelles internationales, les sports et la science et la technologie. Je parierais que l’intérêt des femmes pour ces sujets importants est moindre parce qu’elles ne s’y reconnaissent pas.

En Afrique du Sud, par exemple, la moitié des rédacteurs en chef des journaux économiques et commerciaux sont des femmes. Il s’agit là d’un résultat remarquable, supérieur à celui de nombreux pays. Pourquoi alors les femmes ne figurent-elles que dans 7 % des titres d’actualités en ligne en tant que protagonistes d’histoires économiques en 2019 ? Si l’on examine la question sous un angle plus intersectionnel, l’écart de représentation devient plus important : les femmes de couleur représentent 46% de la population active sud-africaine, mais seulement 21% des rédacteurs en chef d’entreprise.

Au-delà de la représentation et du leadership dans les salles de rédaction, nous devons nous demander si les femmes présentes dans les salles de rédaction sont entendues, quelles sont les voix qui se font le plus entendre dans les médias d’information, et comment les femmes et les questions qui les touchent sont représentées.

Lorsque le journal kényan The Nation a lancé son bureau sur le genre en 2019 et a redéfini qui entrait dans la catégorie des protagonistes du monde des affaires et de la politique, il disposait d’un vivier beaucoup plus important de sources féminines avec lesquelles travailler. Le changement qu’il a opéré incluait les femmes propriétaires de petites et moyennes entreprises.