février 29, 2024

Klopp ne laissera pas les flops de Liverpool s’apitoyer sur leur sort – Monde – Sports

L’équipe de Klopp se rendra samedi chez les Wolves, menacés de relégation, à la neuvième place de la Premier League, après une seule victoire lors des six derniers matches, toutes compétitions confondues.

Les Reds, qui comptent actuellement 10 points de retard sur les quatre premiers, ont également été éliminés du quatrième tour de la FA Cup à Brighton le week-end dernier, mettant fin à leur défense du trophée.

Après cette douloureuse défaite dans les arrêts de jeu sur la côte sud, Klopp a attiré l’attention sur le langage corporel malheureux de certains de ses joueurs, qui ont failli remporter un quadruplé historique la saison dernière.

Le défenseur de Liverpool Andy Robertson a admis que la campagne s’est détériorée après la pause de la Coupe du monde.

Mais Klopp, qui espère toujours sauver la saison, est déterminé à empêcher son équipe de s’apitoyer sur son sort.

« L’apitoiement n’est pas autorisé dans ces moments », a-t-il déclaré. « Nous sommes des êtres humains et nous connaissons ces moments où vous pensez ‘Oh mon Dieu, tout va contre moi’.

« Il n’y a qu’une seule personne qui peut changer cela, et c’est vous-même. Ce genre de choses peut arriver et arrivera aussi à l’avenir, mais il s’agit de limiter le temps pour se remettre sur les rails. »

Publiquement du moins, Klopp n’a pas de réponses pour la mauvaise forme de Virgil van Dijk, Mohamed Salah, Jordan Henderson et Fabinho, entre autres.

Mais l’Allemand croit que la situation peut être renversée, en soulignant la récente résurgence de Marcus Rashford de Manchester United après une période médiocre pour son club.

« Nous voyons tous que certains joueurs n’ont pas exactement atteint le niveau qu’ils ont atteint pour nous de manière constante pendant quatre ou cinq ou six ans. Ce n’est pas inhabituel, cela arrive aussi à d’autres joueurs », a déclaré Klopp.

« L’un des meilleurs exemples sera probablement Marcus Rashford. La saison qu’il a faite l’année dernière et celle qu’il fait cette année, je ne suis pas sûr qu’il puisse vraiment l’expliquer. Maintenant, il vole. C’est comme ça que ça se passe.

« Les moments entre ces deux extrêmes, nous devons les utiliser, les traverser et nous battre.

« Il faut passer par là et les joueurs que je connais, mes joueurs, ils vont passer par là et montrer à nouveau à quel point ils sont bons. »