juillet 19, 2024

Après avoir fait le plein de joueurs de renom, l’ambitieuse ligue de football d’Arabie saoudite débute vendredi – Monde – Sports

Des centaines de millions de dollars provenant de l’immense richesse pétrolière du royaume ont été dépensés pour renforcer les ambitions de la Saudi Pro League, soutenue par l’État, de devenir un acteur mondial.

Lionel Messi et Kylian Mbappé, qui ont rejeté les offres de l’exode, ont refusé environ un milliard d’euros de salaires supplémentaires.

Les matches commencent maintenant et l’attrait de voir des vainqueurs de la Ligue des champions comme Karim Benzema, Sadio Mané et Riyad Mahrez – qui ont suivi le pionnier de janvier Cristiano Ronaldo – dans un environnement inconnu sera mis à l’épreuve.

La ligue a annoncé mercredi une série d’accords de diffusion dans plus de 130 marchés à travers le monde, mais cela n’inclut pas les États-Unis.

« Le monde entier peut désormais être aux premières loges pour assister à la transformation du football saoudien », a déclaré le directeur général par intérim de la ligue, Saad Allazeez.

Trois des neuf matches de chaque tour seront diffusés en Grande-Bretagne et en Allemagne sur les plateformes du service de streaming par abonnement DAZN, par le réseau français de télévision à péage Canal+ et par cinq points de vente différents en Chine, y compris Tencent.

En Amérique du Nord, DAZN détient les droits au Canada et Azteca au Mexique. Les bulletins d’information mondiaux seront fournis par la SNTV basée à Londres, une joint-venture entre The Associated Press et l’agence IMG qui a géré exclusivement les ventes de radiodiffusion pour les deux prochaines saisons.

Attirer Ronaldo en janvier dans le club d’Al Nassr était une déclaration d’intention claire de la part de la ligue, même s’il allait bientôt avoir 38 ans. Cela semblait également opportuniste après la rupture publique de la star portugaise avec Manchester United quelques semaines plus tôt, à la veille de la Coupe du monde.

Le changement sismique dans le jeu de pouvoir du football est devenu plus clair au début du mois de juin lorsque Benzema, lauréat du Ballon d’Or 2022 en tant que meilleur joueur du monde, a décidé de quitter le Real Madrid après 14 années de gloire.

L’histoire a dominé le dernier week-end des matchs des ligues nationales européennes et a laissé entrevoir toute l’ampleur du projet de football national saoudien révélé le lendemain.

Le Fonds d’investissement public (PIF), qui gère 700 milliards de dollars de richesses souveraines saoudiennes, a déclaré qu’il prenait des participations majoritaires dans quatre des principaux clubs nationaux. Il a ainsi nationalisé les clubs des plus grandes villes, Riyad et Jeddah : Al Nassr, Al Ittihad de Benzema, Al Hilal – vainqueur de la Ligue des champions asiatique en 2019 et 2021, qui a poursuivi Messi et Mbappé – et Al Ahli.

« La Saudi Pro League (…) sera soutenue dans son ambition de figurer parmi les dix meilleures ligues du monde », a annoncé l’agence de presse nationale dans un communiqué.

Les plus grosses indemnités de transfert payées, jusqu’à 60 millions de dollars, l’ont été pour des talents de niveau inférieur qui évoluent désormais à Al Hilal : Malcom en provenance du Zenit Saint-Pétersbourg, Rúben Neves de Wolverhampton et Sergej Milinković-Savić de la Lazio. Pour l’instant, l’organisateur de la Premier League anglaise et de la Ligue des champions, l’UEFA, insiste sur le fait qu’il ne voit aucune menace.

Ronaldo toucherait un salaire de 200 millions de dollars et Benzema plus de 100 millions de dollars. Tous deux ont été recrutés en tant qu’agents libres, mais le championnat n’a pas encore attiré d’entraîneurs de haut niveau.

Steven Gerrard a accepté d’entraîner Ettifaq après avoir été licencié par Aston Villa l’année dernière et avoir d’abord refusé l’offre saoudienne. Abha a engagé l’ancien sélectionneur de la Pologne, Czesław Michniewicz, dont le contrat avec l’équipe nationale n’a pas été renouvelé après une Coupe du monde en demi-teinte.

L’ancien entraîneur de la Croatie et de West Ham, Slaven Bilic, a été engagé par Al Fateh le mois dernier, revenant dans le pays après un premier séjour de cinq mois dans le championnat saoudien qui s’est terminé en 2019 lorsqu’il a été licencié par Al Ittihad. Un juge de la FIFA a ensuite accordé à Bilic un règlement salarial de 15 millions de dollars dans une affaire contestée par le club.

L’attraction ne se limite pas à l’argent. Benzema, Mané et Mahrez citent l’importance de jouer dans un pays de confession musulmane.

« Ma mère est musulmane comme moi », a déclaré Mané cette semaine. « Elle a été la première à voter pour que j’aille là-bas et toute ma famille était enthousiaste à l’idée que je vienne ici, donc ce n’était pas difficile.

Mané fait partie des quatre recrues de l’équipe de Liverpool qui a remporté la Ligue des champions en 2019, rejoignant Roberto Firmino, Fabinho et le capitaine Jordan Henderson, le plus critiqué en raison de son soutien passé à la communauté LGBTQ+. Les relations entre personnes de même sexe sont criminalisées en Arabie saoudite.

Lors d’un événement organisé par la ligue cette semaine, Henderson a déclaré qu’il était encore en train de s’adapter au climat saoudien.

« La chaleur a été dure et il a été difficile de s’adapter, mais l’entraînement s’est bien passé », a-t-il déclaré. « J’ai apprécié et j’ai essayé de m’adapter à cette expérience, à cette culture, à cette façon de vivre et de jouer au football.

Des températures de 40 Celsius (104 Fahrenheit) sont prévues aux alentours du coup d’envoi à 18 heures de trois des neuf matches de ce week-end.

Henderson et l’équipe d’Ettifaq entraînée par Gerrard donneront le coup d’envoi à 21 heures lundi lorsqu’ils accueilleront Ronaldo et Al Nassr.

Le match d’ouverture vendredi verra Al-Ahli recevoir Al-Hazm à 21 heures. Le coup d’envoi devrait être donné quelques minutes avant le début de la Premier League, où le champion Manchester City jouera à Burnley.

Le match d’Al Ahli devrait permettre à Mahrez, Firmino et Edouard Mendy, l’ancien gardien de Chelsea, de faire leurs débuts.

En Arabie saoudite, le championnat remanié est également une occasion pour les talents locaux de s’appuyer sur l’étonnante victoire 2-1 à la Coupe du monde contre Messi et le futur champion, l’Argentine.

« Oui, nous voulons un championnat dont nous soyons fiers, pour divertir les fans locaux et le monde entier », a déclaré le président de la Fédération saoudienne de football, Yasser Al Misehal, « mais il doit servir les ambitions de l’équipe nationale aujourd’hui et à l’avenir ».