mai 22, 2024

Analyse : Les buts de Haaland et le changement tactique de Man City sont les clés pour remporter le titre de Premier League – World – Sports

L'attaquant norvégien de Manchester City, Erling Haaland. AFP

L’attaquant norvégien de Manchester City Erling Haaland. AFP

Voici comment l’équipe de Pep Guardiola a chassé Arsenal et s’est emparée du plus grand trophée du football anglais à trois journées de la fin.

C’est certainement la première saison la plus étonnante de l’histoire de la Premier League. Depuis son doublé contre West Ham le week-end d’ouverture, Haaland a pris d’assaut le football anglais. 36 buts, quatre tours du chapeau (dont trois lors de matches successifs à domicile), des acrobaties en ciseaux et un tas de records de buts, dont celui du plus grand nombre de buts dans une saison de 38 ou 42 matches. Et Haaland aurait facilement pu obtenir davantage si Pep Guardiola n’avait pas choisi de faire sortir le redoutable attaquant norvégien plus tôt que prévu pour gérer sa condition physique. Haaland a ajouté une nouvelle dimension à l’attaque de Guardiola, puisqu’il peut jouer en tant que cible lorsque City a la possession du ballon et en tant qu’arme de contre-attaque les rares fois où l’équipe ne domine pas le ballon.

Guardiola, grand penseur et maître tacticien, a fait évoluer sa formation cette saison, passant d’un 4-3-3 à un 3-2-4-1 innovant et fluide, essentiellement pour s’adapter à l’arrivée de Haaland et mieux exploiter la domination de City en matière de possession de balle. Le changement est intervenu au milieu de la saison, Guardiola utilisant d’abord Rico Lewis – un arrière latéral de 18 ans issu du centre de formation – comme milieu de terrain central inversé dans la possession du ballon et comme défenseur régulier en dehors de celle-ci. Finalement, ce rôle hybride a été confié à John Stones, un défenseur central joueur de ballon, et il a excellé dans ce rôle. En effet, City n’a pas perdu un seul match depuis que Stones a pris ce rôle à la fin du mois de mars. Joao Cancelo semblait être le défenseur le plus apte à occuper ce poste hybride mais, mécontent d’avoir été écarté de l’équipe en raison de sa mauvaise forme et après s’être apparemment heurté à Guardiola à l’entraînement, l’arrière portugais a été autorisé à rejoindre le Bayern Munich. C’était une décision courageuse de la part de Guardiola, étant donné l’importance de Cancelo dans le jeu de construction de City ces dernières saisons, mais elle s’est avérée justifiée. Ce changement tactique a également permis aux milieux centraux Ilkay Gundogan et Kevin De Bruyne de jouer plus en avant, devant Stones et Rodri, et ils ont prospéré en se lançant dans des courses au but.

Jack Grealish a quelque peu déçu lors de sa première saison à City, alors qu’il était à l’époque le joueur le plus cher de l’histoire du football anglais. Sa deuxième année a été bien meilleure, à tel point qu’il est désormais l’un des joueurs clés de Guardiola en ajoutant un élément de contrôle aux attaques de City et en créant de l’espace pour que les autres joueurs offensifs de City puissent s’épanouir. Grealish reconnaît qu’il lui a fallu du temps pour s’habituer au style de jeu de City par rapport à celui de son club d’enfance, Aston Villa, où il était l’homme de base et non l’un des nombreux joueurs vedettes. « Je suis arrivé à City après avoir passé toute ma vie à Villa, et je n’avais jamais eu à changer », a-t-il déclaré. « Je n’avais pas réalisé à quel point il est difficile de s’adapter à une équipe et à un manager différents. Avec cinq buts et sept passes décisives, ses statistiques se sont également améliorées et devraient continuer à le faire.

La fiabilité et la constance de Rodri en tant que milieu défensif et cerveau de Guardiola sur le terrain ne peuvent être surestimées. En fait, il a prouvé une fois de plus cette saison qu’il pourrait être le joueur le plus important de City en raison de la façon dont il protège la défense et lance les attaques. La dépendance à l’égard de Rodri s’est accrue parce que le joueur que City a recruté pour servir d’ancre de secours au milieu de terrain après le départ de l’ancien capitaine Fernandinho semble ne pas être à la hauteur, pour l’instant en tout cas. Kalvin Phillips, qui a rejoint le club à l’intersaison en provenance de Leeds, n’a pas débuté un seul match de championnat cette saison et n’entre en jeu que lorsque la victoire est assurée et pour permettre à Rodri de souffler un peu. Guardiola devra peut-être trouver un autre remplaçant cet été.

Une fois de plus, City a choisi son moment pour produire une explosion de fin de saison qui a éliminé un prétendant au titre. Ces dernières années, c’est Liverpool qui a ressenti la force d’une longue série de victoires de City pour clore une saison de championnat. Cette fois-ci, c’est Arsenal qui a cédé à la pression d’un City en pleine bourre et à la perspective de remporter son premier titre de champion depuis 2004. Arsenal comptait cinq points d’avance avec un match en moins après la défaite 1-0 de City contre Tottenham le 5 février. Depuis lors, City a remporté 13 de ses 14 matches, n’obtenant qu’un match nul après avoir encaissé un but en fin de match à Nottingham Forest, ce qui a lentement et presque inévitablement fait reculer Arsenal, dont la jeune équipe commençait à faiblir. La victoire 4-1 sur Arsenal le 26 avril a été un rappel à la réalité pour le leader de longue date et une démonstration de force de City, mettant en évidence le fossé qui sépare les deux rivaux pour le titre. City, comme toujours, a franchi la ligne d’arrivée en force.