janvier 30, 2023

Une avalanche de poursuites contre des projets énergétiques africains  

Les poursuites ont été signalées au Kenya, au Mozambique, en Namibie, en Afrique du Sud et au Sud-Soudan.

« Personne n’aime l’environnement plus que nous (l’Afrique) », a déclaré la Chambre africaine de l’énergie (AEC).

« Nous sommes les plus grands amoureux de l’environnement et nous ne devrions pas recevoir de leçons à ce sujet (de la part de l’Europe) », a ajouté l’organisation.

Les poursuites judiciaires et la réponse de la chambre de l’énergie à l’action en justice interviennent alors que le COVID-19 a annulé certains gains réalisés en matière d’accès.

Plus de 600 millions d’Africains n’avaient pas accès à l’électricité avant la pandémie, et il semble que ce chiffre soit en augmentation.

Selon l’Agence internationale de l’énergie, au cours de l’année 2020, certains gains en matière d’accès ont été annulés, et jusqu’à 30 millions de personnes qui avaient auparavant accès à l’électricité ne sont plus en mesure de se la payer.

« Condamner les Africains à la pauvreté et à la misère est une erreur », a déclaré l’AEC.

« Nous empêcher (les Africains) d’utiliser nos ressources naturelles pour notre développement alors que vous emportez même notre charbon en Europe pour alimenter votre riche style de vie et maintenir nos enfants dans l’obscurité est un péché. Ils (les Européens) ont appelé cela l’action climatique. »

Les procès intentés par les Amis de la Terre, Chloé Farand et Extinction Rebellion ont été dénoncés comme anti-africains.

« Ils (les Occidentaux) ont conçu des campagnes de relations publiques dévastatrices contre les Africains alors que leurs maisons sont alimentées en charbon (d’Afrique) », a déclaré l’AEC.