février 4, 2023

L’ANC réitère ses appels à mettre fin aux sanctions contre le Zimbabwe  

Fikile Mbalula, secrétaire général nouvellement élu de l’ANC, a affirmé que le parti au pouvoir ne souscrit pas au programme de changement de régime au Zimbabwe.

Au contraire, Mbalula a affirmé le soutien de son parti au gouvernement de l’Union nationale africaine du Zimbabwe – Front patriotique (ZANU-PF).

Il a condamné les sanctions imposées principalement par la Grande-Bretagne et les alliés des États-Unis (US) comme responsables de la plongée du pays voisin dans la pauvreté.

Mbalula a déclaré que l’ANC continuerait à faire pression sur ces pays occidentaux pour qu’ils lèvent leurs sanctions imposées au Zimbabwe.

« Il n’y avait pas de Zimbabwéens qui venaient ici lorsque leur économie fonctionnait », a déclaré Mbalula.

« Mais maintenant, ils risquent tout pour traverser dans notre pays, fuyant les problèmes qu’ils rencontrent dans leur pays », a-t-il ajouté.

« La Grande-Bretagne devrait tenir ses promesses de la Conférence de Lancaster et ne pas punir le Zimbabwe pour le programme de redistribution des terres », a déclaré Mbalula.

L’Afrique du Sud fait les frais de la situation, la plupart des ressortissants fuyant le Zimbabwe cherchant refuge au Mzansi.

Cet afflux entraîne des flambées sporadiques de violence xénophobe.

Les nations occidentales ont imposé des sanctions au début des années 2000 après avoir accusé Harare de violations des droits de l’homme.

Ses détracteurs affirment cependant que cette mesure visait à punir le Zimbabwe pour avoir saisi les terres des colons minoritaires.

Le gouvernement sud-africain dirigé par l’ANC est accusé de complicité dans les violations présumées au Zimbabwe, avec sa soi-disant diplomatie discrète.