février 4, 2023

Six tendances du marketing numérique à surveiller en 2023

À l’aube de 2023, de nombreuses marques se préparent à un ralentissement économique mondial. Le PIB sud-africain ne devant croître que de 1,1 % et l’inflation montrant peu de signes d’apaisement, la plupart des entreprises examineront attentivement leurs dépenses de publicité et de marketing. Mais même dans ce climat, nous pouvons nous attendre à une forte croissance du marketing numérique, car il s’agit d’un média responsable et mesurable.

Sur le plan mondial, Warc prévoit que la publicité sur Internet ne connaîtra qu’une croissance relativement modeste de 5,5 % en 2023, après une croissance de 11,5 % en 2022. Mais certains secteurs et certaines plateformes vont surperformer. L’audio en ligne devrait connaître une croissance de 25,6 % cette année avant de ralentir à 10,1 % en 2023, tandis que les dépenses publicitaires sur TikTok devraient connaître une hausse étonnante de 143 % en 2022 et de 41,5 % l’année prochaine.

Voici quelques-unes des tendances à surveiller en 2023 :

Une forte croissance pour TikTok

TikTok a été lancé en 2017 et est rapidement devenu un formidable rival de Facebook, Instagram et YouTube. C’est la plateforme à surveiller en Afrique du Sud, d’autant que l’entreprise dote rapidement son bureau africain en personnel. Peut-être parce que ses outils de ciblage et d’optimisation ne sont pas encore aussi matures que ceux proposés par Google et Meta, TikTok ne rivalise pas encore avec les plateformes plus établies en termes de retour sur investissement.

Pourtant, les spécialistes du marketing savent que c’est là que se trouve une part de plus en plus importante de leur audience, et c’est donc la plateforme à laquelle ils alloueront les plus fortes augmentations de dépenses publicitaires l’année prochaine. Meta, avec Instagram Reels, et, plus récemment, YouTube, avec YouTube Shorts, ont lancé des produits vidéo de format court pour concurrencer TikTok. Il reste à voir si leurs stratégies seront efficaces pour ralentir TikTok.

Les influenceurs deviennent des pros

L’essor de plateformes telles que YouTube, Instagram et TikTok a donné naissance à une nouvelle génération d’influenceurs et de créateurs de contenu. La valeur de production du contenu créé par certains des influenceurs les plus populaires a augmenté à pas de géant. Nombre d’entre eux ont également fait de la monétisation de leur audience un art. Le secteur du marketing d’influence devrait générer un chiffre d’affaires impressionnant de 22 milliards de dollars. en 2022.

On est loin des clichés de la maman blogueuse ou du YouTuber Minecraft du passé – les meilleurs influenceurs d’aujourd’hui dirigent des entreprises sérieuses. Savoir lesquels peuvent atteindre les marchés qu’ils souhaitent peut aider une marque à se développer dans un paysage médiatique encombré. Trouver et comprendre la valeur est l’un des principaux défis dans cet espace, étant donné que les influenceurs vont de ceux qui ont des millions de followers à ceux qui ont des audiences de niche précieuses.

Tout le marketing est numérique

Diviser le marketing et la publicité en silos « traditionnels » et « numériques » a de moins en moins de sens. La plupart des canaux et des points de contact comportent aujourd’hui des éléments numériques. Dans le domaine de la télévision, par exemple, les frontières entre les services de streaming et le satellite payant sont en train de disparaître. Vous pouvez regarder des services de streaming comme Netflix dans votre salon depuis votre décodeur ou votre télévision intelligente. Et vous pouvez regarder des chaînes satellite en direct sur un appareil mobile ou un PC.

Avec des services de streaming comme Netflix qui commencent à utiliser la publicité pour subventionner des sous-plans moins chers pour les utilisateurs soucieux du prix, l’achat programmatique et les campagnes publicitaires mesurables arrivent à la télévision. Dans le domaine de la publicité extérieure, les écrans numériques sont de plus en plus populaires. Là encore, les publicités sont vendues via des plateformes programmatiques et peuvent être ciblées en fonction du public plutôt que du lieu.

Les acheteurs de médias hors domicile devraient garder un œil sur cet espace qui évolue rapidement.

La maîtrise des données de première partie donne un avantage concurrentiel

La frénésie des données est terminée. Les régulateurs et les législateurs du monde entier ont introduit des réglementations plus strictes en matière de confidentialité des données, et les grandes entreprises technologiques ont mis en place de nouvelles restrictions sur la manière dont les annonceurs peuvent utiliser les cookies tiers et les identifiants mobiles pour diffuser et suivre les publicités. Il est donc devenu plus difficile pour les annonceurs et les plateformes de constituer des listes d’audience efficaces pour des campagnes optimisées en termes de conversion.

Les annonceurs qui ont construit de riches bases de données clients et la capacité d’utiliser ces données de première partie pour la connaissance du client auront un avantage dans ce nouvel environnement. Ils seront en mesure d’atteindre les clients avec des messages plus pertinents en alimentant les algorithmes de plateformes telles que Facebook et Google avec des données provenant des sources suivantes gestion de la relation client et d’autres systèmes internes.

L’apprentissage automatique et les algorithmes de ces plateformes parviendront bien mieux à placer les bonnes bannières ou publicités sociales devant le bon segment d’audience s’ils ont accès à de bonnes données clients. Mais pour réussir avec cette approche, les marques devront gagner la confiance des clients afin que ceux-ci autorisent la collecte et l’utilisation de leurs données.

Les marques (ou leurs agences) devront également avoir accès à des personnes ayant des compétences techniques telles que la science des données et l’intégration pour tirer le meilleur parti de leurs données de première partie.

Perdu dans le métavers

Meta – et ses plateformes Facebook et Instagram – sont parmi les plus grands perdants, car des entreprises comme Apple restreignent les identifiants mobiles tiers sur leurs plateformes. La croissance des revenus s’est arrêtée. Ces tendances, ainsi que la taille et la domination de Meta, signifient que l’entreprise doit chercher sa croissance ailleurs. Mark Zuckerberg parie la ferme sur le métavers.

Il pense que le métavers est la prochaine étape de l’évolution d’Internet – un monde virtuel immersif en trois dimensions construit sur des technologies telles que la réalité virtuelle (VR), la réalité augmentée (AR) et la blockchain. Meta investit des milliards de dollars dans les plateformes et les technologies des métavers, mais n’a pas encore beaucoup d’atouts à faire valoir. Les investisseurs ne sont pas convaincus – le cours de l’action a chuté à environ 117 dollars, contre 338 dollars en janvier.

Il s’agit d’une stratégie à long terme, étant donné que la technologie est encore immature. Mais les spécialistes du marketing numérique ne devraient pas être trop prompts à rejeter le potentiel du métavers. Meta est loin d’être seul. Sony lancera le PlayStation VR2 l’année prochaine et Apple ferait des investissements substantiels dans la RA/RV. Au fil du temps, nous pourrions certainement imaginer un internet plus riche évoluant à partir des lunettes VR quelque peu maladroites d’aujourd’hui et des logiciels peu pratiques.

L’internet partout et sur tout

L’internet des objets est une tendance dont l’industrie technologique parle depuis des années. Mais c’est une tendance qui commence à devenir plus tangible. L’adoption par les consommateurs de dispositifs tels que les haut-parleurs intelligents, les sonnettes de porte, les téléviseurs, les montres et les voitures est en hausse. Les gens interagiront de plus en plus avec la technologie en utilisant leur voix ; de plus, la technologie numérique effectuera de nombreuses tâches et corvées pour nous en arrière-plan, en fonction de notre comportement ou du contexte.

Ces appareils recueilleront de riches données que les entreprises pourront utiliser non seulement pour commercialiser leurs offres auprès des clients, mais aussi pour concevoir et optimiser leurs produits et services. Ils créeront également de nouvelles interfaces permettant aux marques de dialoguer avec leurs clients. Il y a des problèmes complexes de confidentialité à résoudre. Les marques devront réfléchir soigneusement à la manière dont elles peuvent utiliser cet accès pour améliorer la vie de leurs clients sans pour autant être inquiétantes ou ennuyeuses.

Grant Lapping est le responsable numérique de l’intégrateur de systèmes et de solutions d’un nouvel âge, +OneX

Le gros morceau: Une forte croissance du marketing numérique est attendue en 2023 car c’est un média responsable et mesurable.