janvier 30, 2023

Le directeur du FMI reçoit un accueil bruyant en Zambie  

Elle a été chahutée sur les médias sociaux pour les politiques de cette institution de Bretton Woods, politiques qui, dit-on, sabordent les économies africaines.

« C’est toujours un plaisir de rencontrer le président @Hichilema », a déclaré l’exécutif du FMI.

« Impressionné par les progrès des réformes (économiques), si essentielles pour libérer l’énorme potentiel de la Zambie. Ce qui est bon pour la Zambie, est bon pour l’Afrique. L’IMFNews est honoré d’être votre partenaire », a tweeté Mme Georgieva.

Cependant, son tweet a reçu une avalanche d’attaques de la part des Zambiens, qui ont dénoncé les politiques du FMI et de la Banque mondiale comme étant « anti-prospérité africaine ».

Mulenga Joseph Chanda a réagi : « Mon grand-père m’a dit un jour que lorsque vous voyez un homme blanc vous applaudir, ne comprenez pas cela comme un geste de bien faire. Cela signifie que quelque chose ne va pas. »

Patrick Kasenge a insisté : « Le FMI n’est pas bon pour l’Afrique. »

La Zambie a une dette extérieure croissante, de l’ordre de 13,4 milliards de dollars à la fin de 2022.

Plus de la moitié de ce montant est due à la Chine.

Le reste est dû au FMI et à la Banque mondiale, selon les chiffres du ministère zambien des finances.

En 2021, la Zambie a subi l’ignominie d’être le premier pays africain à manquer à ses obligations de prêt.

Hichilema, après la réunion avec Georgieva, a révélé la nature des discussions.

« Nous avons discuté de la nécessité de réaliser des progrès tangibles et rapides dans la résolution du processus de restructuration de notre dette, afin de placer rapidement le pays sur une position économique plus saine », a déclaré le président.

Le FMI a prévu que l’économie de la Zambie, trop dépendante du cuivre, connaîtra une croissance de 4 % en 2023.

Des coupures de courant incessantes pourraient assombrir ces perspectives dans ce pays d’Afrique australe de 20,6 millions d’habitants, membre du FMI depuis 1965.