février 4, 2023

Le patron de la FIFA, Infantino, interrogé par des procureurs spéciaux suisses – Monde – Sports

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, assiste à la veillée funèbre de la légende du football brésilien Pelé au stade Urbano Caldeira à Santos, Sao Paulo, Brésil, le 2 janvier 2023. AFP

Des poursuites pénales à l’encontre d’Infantino ont été recommandées en 2020 par un précédent procureur spécial _ qui a ensuite été retiré de l’affaire par un tribunal fédéral suisse – pour de possibles incitations à commettre un abus de fonction publique et une violation du secret de fonction.

L’affaire impliquant potentiellement Infantino avance maintenant dans son pays d’origine, quelques semaines après avoir supervisé la Coupe du monde au Qatar et environ deux mois avant qu’il ne soit réélu sans opposition par les fédérations membres de la FIFA.

Le procureur spécial Hans Maurer a confirmé dans un courriel à l’Associated Press qu' »une audience de confrontation a eu lieu dans le cadre de la procédure », menée par lui-même et un second procureur, Ulrich Weder.

« Toutefois, je ne fais pas de commentaires sur le moment, la portée et le but de cette audience », a écrit M. Maurer.

Les deux procureurs ont été élus au parlement suisse en décembre 2021 pour poursuivre une enquête relative à trois réunions non documentées tenues en 2016 et 2017 impliquant Infantino et Michael Lauber, alors procureur général.

Les réunions ont commencé peu après l’élection d’Infantino à la présidence de la FIFA dans le cadre des retombées des enquêtes américaines et suisses sur les soupçons de corruption dans le football international qui ont forcé son prédécesseur Sepp Blatter à quitter ses fonctions.

Après que les réunions ont été révélées par les médias à partir de 2018, Lauber et Infantino ont tous deux déclaré que les réunions étaient de routine, mais ont affirmé ne pas se souvenir des détails ou avoir pris des notes.

Lauber a été évincé de son poste après avoir été reconnu coupable d’avoir trompé et fait obstruction à un bureau fédéral supervisant les procureurs, qui avait demandé plus d’informations sur les réunions.

La FIFA a refusé de commenter mardi l’interrogatoire de son président.

L’instance mondiale du football a précédemment déclaré que « la FIFA et le président de la FIFA sont entièrement disponibles pour coopérer avec les autorités, qu’il s’agisse des réunions que le président de la FIFA a eues avec l’ancien procureur général de la Suisse, ou de toute autre chose ».

Infantino doit être réélu pour un mandat présidentiel de quatre ans lors d’une réunion électorale le 16 mars au Rwanda. Sa candidature sans opposition doit passer le contrôle d’éligibilité et d’intégrité de la FIFA.

Blatter et Michel Platini, l’ancien patron d’Infantino à l’UEFA, l’organisme européen de football, ont été acquittés l’année dernière par un juge fédéral suisse de malversations financières avec l’argent de la FIFA.

Cette affaire a été jugée près de sept ans après que les allégations aient fait surface, ce qui a écarté Platini de la course à la succession de Blatter. Infantino est alors devenu le candidat du football européen à la présidence de la FIFA.

___