Accueil / A la une / Fièvre Lassa en Guinée: une équipe d’investigation déployée à Mamou et Kissidougou

Fièvre Lassa en Guinée: une équipe d’investigation déployée à Mamou et Kissidougou

L’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSS), a tenu une conférence de presse, ce lundi 04 février 2019. Son directeur confirme le cas de fièvre Lassa détecté à Mamou, sur un patient en provenance de Kissidougou. Docteur Sakoba Keïta invite les citoyens à observer les règles d’hygiène édictées pour éviter la propagation de la maladie. Il invite aussi à la sérénité et à ne pas céder à la psychose.

Dans sa communication, le directeur de l’ANSS, a souligné qu’il est encore tôt de parler d’épidémie. Il rassure cependant,  qu’une équipe d’investigation partira de Conakry dès ce lundi.

« Pour le moment, nous évitons d’employer le mot épidémie, parce qu’une épidémie touche plusieurs cas. Comme c’est le seul cas confirmé, nous avons décidé d’envoyer une équipe d’investigation sur le terrain, et qui d’ailleurs a commencé avec nos équipes préfectorales d’alerte et de riposte aux épidémies de Mamou et de Kissidougou à la recherche des cas cachés. Pour le moment, on n’a pas de nouvelle qu’il y a un deuxième cas, mais l’équipe d’investigation ira à partir d’aujourd’hui sur les préfectures de Mamou et de Kissidougou. Et nous avons donné 6 jours pour qu’ils puissent nous dire s’il y a des cas cachés et faire des prélèvements, pour qu’on puisse voir si c’est l’unique cas qu’on a eu. C’est à l’issue de cela que nous allons encore communiquer les résultats de cette investigation« , explique-t-il.

Selon le docteur Sakoba Keïta, la fièvre Lassa se transmet par un vecteur, une souris qu’on appelle « mastomys », avec des mamelles multiples.

« C’est leurs excréments, avec leurs urines qui rentrent dans les habitations, dans les zones rurales, à la recherche de restes d’aliments. Donc, quand ils défèquent sur des ustensiles qui ne sont pas bien lavés, si vous mettez de l’aliment là-dedans et vous le consommez, vous risquez d’attraper ce virus« , lance-t-il.

Dr Sakoba Keïta rassure, qu’avec l’appui des partenaires techniques et financiers, la maladie sera maîtrisée en l’espace de quatre ou cinq semaines.

Lamine Komah

à voir aussi

Les Forces Sociales lancent des consultations nationales pour contrer un projet de 3èm mandat

Communiqué de presse N°010/CN/FSG Lancement officiel des consultations nationales pour la sauvegarde des acquis démocratiques …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*