mercredi 14 novembre 2018
Accueil / A la une / Aboubacar Soumah en colère: « ce gouvernement ne respecte pas l’éducation »

Aboubacar Soumah en colère: « ce gouvernement ne respecte pas l’éducation »

Le SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée) était en assemblée générale extraordinaire ce mercredi 7 novembre, à son siège à Donka. Une occasion pour le secrétaire généra de ce syndicat, de motiver et encourager les enseignants, à aller au bout de cette grève.

Selon Aboubacar Soumah, le SLECG est engagé à braver les intimidations et menaces, pour obtenir quelques chose des 8 millions.

« Nous sommes prêts aux négociations mais pas de négociations anonymes avec des personnalités qui affirment qu’elles ne sont pas mandatées par le gouvernement. Nous voulons plus les rencontrer. Il ne faut pas que le gel de salaire soit un facteur de démotivation. Les camarades enseignants des autres pays, malgré qu’ils aient un niveau de vie plus élevé que le nôtre, quand ils ont voulu un changement, ils ont fait plus de deux mois, trois mois, quatre mois  voire cinq mois de gel de salaire avant de rentrer en possession de leur salaire. Ils ont été satisfaits dans leur revendication. Le gel de salaire est la dernière balle que le gouvernement a lancée, ils n’ont plus d’autres balles. Notre secrétaire préfectoral de Macenta a été menacé d’être délogé par le préfet dans les 48 heures qui suivent par qu’il occupe un bâtiment administratif. Nous sommes dans quel pays, un syndicaliste délogé parce que tout simplement, il a effectué son droit syndical. Nos responsables syndicaux de Kankan ont été arbitrairement mutés dans les fonds fin de Kankan (…). Nous n’avons aucune option politique, nos revendications sont purement syndicales. Nous sommes très malheureux alors que nous voyons les richesses dans ce pays. Ils veulent faire de recensement pour voir combien de milliards qui pourraient tomber dans leurs poches. Ce sont eux qui gèrent les salaires de tous les fictifs, il s’agit notamment du ministre de l’Education Nationale, celui de l’Enseignement Supérieur et son homologue de l’Enseignement Technique et Professionnel. A ceux-ci, s’ajoutent le ministre de la Fonction Publique et celui du Budget. C’est tout un réseau. Une fois, lorsque nous avons déposé la liste des enseignants fictifs, ils ont préféré radier les enseignants en situation de classe. C’est une mafia qui ne dit pas son nom, qu’on ne nous trompe pas en nous parlant de recensement. Ils ont mis à terre l’éducation guinéenne parce qu’ils n’ont pas leurs enfants dans le pays. Regardez dans quel état de délabrement se trouvent les établissements d’enseignement public. Regardez les tables-bancs sur lesquels nos enfants sont assis.  Les écoles AFRICOF construites par le deuxième régime, c’est à la rentrée qu’ils ont commencé la rénovation. Je pense que ce gouvernement ne respecte pas l’éducation moins encore l’enseignant. Ceux qui se laissent manipuler par les chefs d’établissement, n’ont pas encore pris conscience de leurs états. S’ils veulent, qu’ils remplacent les 30 mille et quelques enseignants titulaires par les contractuels, nous verrons ce qui va se passer », martèle Aboubacar Soumah, le secrétaire général du SLECG.

Lamine Komah

à voir aussi

N’zérékoré: une réunion du SLECG empêchée

Une réunion du bureau préfectoral du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée de N’zérékoré, a été empêchée ce lundi 29 octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*