vendredi 16 novembre 2018
Accueil / A la une / « Nous n’accepterons plus, pour sa propre sécurité, que le chef de file de l’opposition sorte », dixit Bafoé

« Nous n’accepterons plus, pour sa propre sécurité, que le chef de file de l’opposition sorte », dixit Bafoé

L’opposition républicaine a bravé l’interdiction de manifester ce mardi 23 octobre. Des violences ont été enregistrée ça et là lors de cette journée. Plusieurs arrestations sont signalées dans les rangs des manifestants. A la suite des tirs contre le cortège du chef de file de l’opposition, le général Anssoumane Bafoé annonce le confinement de l’opposition.

Le contrôleur général de police Ansoumane Camara, soutient que pour sa propre sécurité, ils n’accepteront plus que Cellou Dalein Diallo sorte de son domicile.  Il regrette les incidents qui se sont produits au rond-point de la Bellevue et parle d’infiltration.

« Pour le moment, nous n’avons pas enregistré de blessé ni d’actes de vandalisme sur les véhicule de sécurité. Du côté de l’opposition, je ne peux pas dire grand-chose. Parce qu’ils étaient au domicile du chef de file de l’opposition. Mais, selon certaines informations, son véhicule serait atteint par des projectiles et puisque nous, nous n’avons pas de projectiles, il va s’en dire que c’est dans le désordre entre les militants que le véhicule de la personnalité a été touché. En ce qui nous concerne, nous étions à la Tannerie quand nous avons appris que les leaders de l’opposition ont tenté de rallier la banlieue et qu’ils on été stoppés par les services mixtes  de la gendarmerie et de la police  qui les ont dispersés. Nous sommes venus en renfort et on a trouvé un groupe qui était dans la rue et qui avait bloqué des véhicules. Nous les avons instruit de dégager, ils ont refusé. Par la suite, ils ont été gazés et on a procédé à des arrestations. Certains ont été déposés au commissariat central et on va les transférer à la justice pour ‘’trouble’’ à l’ordre public et ‘’offense’’ à agent des  forces publiques. Nous sommes là pour eux d’ailleurs et nous n’accepterons plus, pour sa propre sécurité, que le chef de file de l’opposition sorte. Parce que nous avons appris qu’il y a des infiltrations et qu’il y a des gens qui ont pris des armes« , soutient-il.

à voir aussi

Mouctar Bah de RFI a été entendu par la HAC

Mouctar Bah, correspondant de RFI et AFP en Guinée a été entendu par la Haute …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*