mercredi 14 novembre 2018
Accueil / A la une / Halte aux pyromanes et « business men » des crises en Guinée ! Le ministre de la Justice doit sévir !

Halte aux pyromanes et « business men » des crises en Guinée ! Le ministre de la Justice doit sévir !

Alors que des violences post-électorales sont enregistrées dans plusieurs zones de la Guinée, notamment à Kindia, Kouroussa, Kérouané et Gueasso, faisant des centaines de blessés et d’importants dégâts matériels, suite à l’installation de certains maires, des individus mal intentionnés sans foi ni loi continuent à proférer des propos injurieux, dégradants, humiliants et irrespectueux à l’égard d’une communauté au nom de la bassesse et de l’inculture.

Ces individus, identifiés et connus par tous, avec leurs parrains tapis dans l’ombre dans les hautes sphères de notre administration et des partis politiques ont transformé des crises perpétuelles en un business en République de Guinée. Jouant de la pyromanie, ils déambulent de bureau en bureau à Conakry pour rançonner les gens en vue de s’enrichir sur leur forfaiture et arrondir leur fin du mois. Ils n’hésitent même plus désormais de cracher sur d’honnêtes citoyens dont le seul tort est d’être d’un autre bord politique différent des leurs. Ces extrémistes de tous les bords politiques disent agir au nom de leurs ethnies alors qu’ils ne sont mandatés par personne et ne représentent rien, mais tout de même, ronronnent  pour le meilleur offrant pour saper le tissu social déjà fragilisé par des politiques sans vergogne qui n’agissent qu’en fonction de leurs intérêts personnels et égoïstes au détriment de ceux du peuple de Guinée qu’ils utilisent pour passer des messages divisionnistes.

Justement, il est temps que ce peuple prenne ses responsabilités en lâchant tous ces pyromanes et hommes politiques qui le divisent et l’utilisent pour leurs forfaitures dans une injustice et un mépris total.

Pendant que les communautés dans les régions touchées par cette crise comme celles de la plupart du pays d’ailleurs, vivent en parfaite harmonie malgré l’extrême pauvreté qui les frappe, les manipulateurs politiques et autres opportunistes profitent des moindres occasions pour les diviser au point d’en venir aux coups de poing et détruire les biens des uns et des autres. Une situation somme toute déplorable qui sape profondément le fondement de la République où les uns et les autres se rejettent les responsabilités après des actes de vandalisme, de pillages et autres attaques perpétrées ça et là augmentant du coup le taux de frustration qui est à la base de tous les problèmes en Guinée.

Dans un pays où l’Etat est censé assurer la sécurité des citoyens, mais laisse certaines situations se passer alors qu’il aurait pu agir de façon responsable en bafouant certaines règles les plus élémentaires ou en étant léger face à ses propres responsabilités, comment des gens ordinaires hantés par la haine peuvent-ils respecter son autorité ou  les lois qui nous gouvernent ?

Pourquoi certaines autorités anticipent sur les résultats des enquêtes ?

Pourquoi le ministère de la Justice ne joue pas donc son rôle ?

Il est temps que nos gouvernants prennent leur responsabilité en évitant d’être à la fois pompiers et pyromanes et en démasquant tous ceux et celles qui agissent à contre-courant des valeurs sociales et culturelles de notre république qui nous unit tous et nous fédère ensemble pour aspirer à un développement harmonieux.

Les vidéos haineuses qui circulent sur les réseaux sociaux doivent interpeler le gouvernement, spécifiquement le ministre de la Justice à se saisir du dossier pour juger et punir sévèrement leurs auteurs dans l’intérêt de la nation.

Quant aux groupes de discussion créés sur les réseaux spéciaux dans lesquels ces vidéo honteuses sont publiées, il est temps que les modérateurs ou propriétaires prennent leur responsabilité en filtrant tout ce qui va de nature à diviser les communautés guinéennes.

La ruse des valeurs de démocratie tue la démocratie !

Méditons-y !

à voir aussi

Mouctar Bah de RFI a été entendu par la HAC

Mouctar Bah, correspondant de RFI et AFP en Guinée a été entendu par la Haute …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*