vendredi 16 novembre 2018
Accueil / A la une / Installation des conseils communaux : le double discours de Cellou Dalein Diallo !

Installation des conseils communaux : le double discours de Cellou Dalein Diallo !

L’Opposition Républicaine a projeté d’organiser de nouvelles manifestations politiques dans les jours à venir pour dit-elle marquer sa protestation contre le processus d’installation des conseils communaux et locaux et leurs exécutifs tel qu’il est mis en oeuvre aujourd’hui. En parlant des motivations, dans l’opinion publique, des raisons de ce choix, le Président de l’UFDG parle  »d’installation sélective dans le processus et d’actions de corruption et retournement de conseillers élus de l’opposition ».

Le hasard a bien voulu qu’au moment où monsieur Cellou Dalein Diallo se tenait devant le petit écran pour rendre compte de cette décision aux médias, il était entouré de conseillers communaux élus sur la liste de l’UFC qu’il a lui-même débauché. Il s’agit de Thierno Madjou Diallo, conseiller élu de l’UFC à Ratoma et de monsieur Aboubacar Biro Soumah, conseiller élu à Dixinn. Ce cas de retournement de conseillers élus de l’UFC par l’UFDG est loin d’être isolé; d’autres partis, y compris de l’opposition s’en sont plaints aussi.
Il apparaît très clairement qu’il y a un double discours chez le leader de l’UFDG. D’un côté, il débauche lui-même des conseillers élus d’autres partis pour servir ses desseins pas catholiques et de l’autre, il s’en plaint quand il en est victime. Sur la base de ce fait, les actions de protestation projetées alors n’ont pas de fondéments véritables, à moins qu’on considère, cette posture dicotomique et ce double langage comme un, puis qu’il n’est pas seulement victime dans cette affaire mais aussi et surtout coupable. En démocratie, la vertu doit être assumée sur toute la ligne. Le sérieux et la cohérence commandent qu’on assume d’abord soi-même, les principes qu’on revendique.
Les citoyens qui participent aux différentes actions politiques pour y exercer leurs droits constitutionnels le font pour promouvoir des principes vertueux, démocratiques et républicains. Ces principes, ils ne sont pas l’apanage d’un homme, fut-il leader politique, d’un parti où même d’une mouvance politique quelconque. Dans le gouvernement du peuple, les citoyens n’ont pas à être utilisés comme des moutons de panurge. Cette posture doit inspirer chaque acteur qui participe au débat national et démocratique. C’est le gage du renforcement de notre démocratie et de la prospérité de notre grand pays. Les manifestations sont un droit constitutionnel certes, mais pas les abus qui peuvent s’y greffer. Puis que le Président de l’UFDG n’est pas blanc comme neige dans le  » crime politique  » dit de  »la corruption et le retournement de conseillers élus  », est-il alors légitimé à reclamer et à protester ?
Bangaly KEITA 
Directeur de communication de l’UFC

à voir aussi

Cellou Dalein Diallo appelle à la résistance face à la violence

A l'assemblée générale hebdomadaire de l'UFDG ce samedi 27 octobre, Cellou Dalein Diallo a tenu un discours particulièrement radical.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*