mercredi 24 octobre 2018
Accueil / A la une / L’opposition annonce la reprise des manifestations

L’opposition annonce la reprise des manifestations

Réuni en plénière ce mercredi 10 octobre, l’opposition Républicaine annonce des actions de protestation, contre  plusieurs exécutifs communaux déjà installés dans le pays. Les opposants protestent, contre le non-respect de la loi et des accords politiques signés le 8 août.

Dès mercredi prochain, l’opposition républicaine va reprendre les manifestations de rue, pour exiger la reprise des élections communales.

« Le pouvoir n’a aucune volonté de respecter l’accord politique du 8 août, l’opposition républicaine dénonce énergiquement cette violation de la loi et des accords et a décidé de rejeter tous les exécutifs installés en violation de la loi et de l’accord politique du 8 août et exige la reprise dans les conditions prévues par  la loi et de l’accord des élections dans les communes concernées. L’opposition exige du Ministère de l’administration du territoire la publication d’un calendrier, précisant les dates d’installation des exécutifs dans les communes parce qu’actuellement c’est de manière sélective qu’on décide d’installer ici ou là, même après la suspension officielle de ces opérations. Nous condamnons énergiquement les violences à Guéasso et le non-respect de l’accord politique dans cette commune où il revenait au Bloc Libéral (BL) de désigner le maire« , dénonce Cellou Dalein Diallo.

Déjà, une journée ville morte est prévue le mardi 16 octobre prochain dans les cinq communes de Conakry. Elle sera suivie d’une manifestation.

« Nous avons décidé pour protester contre toutes ces anomalies, pour interpeller le gouvernement et les autorités de ce pays, d’organiser une ville morte le mardi prochain dans les cinq communes de Conakry. Je dis que nous reprenons les manifestations, nous commençons par la ville morte du mardi« , annonce le chef de file de l’opposition.

Laïla Bah

à voir aussi

L’opposition durcit le ton: « Nous répondrons par la fermeté », prévient Faya Milimono

L'attaque contre le président de l’UFDG lors de la manifestation interdite de l’opposition, scandalise la classe politique guinéenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*