mercredi 24 octobre 2018
Accueil / A la une / Crise à la Cour constitutionnelle: vers une synergie société civile et acteurs politiques

Crise à la Cour constitutionnelle: vers une synergie société civile et acteurs politiques

Des leaders politiques, activistes de la société civile et syndicats se sont retrouvés ce lundi 24 septembre, pour discuter de la mise en place, d’une coalition, en vu de protester contre l’arrêt rendu par 7 conseillers de la Cour constitutionnelle.
Le coordinateur de la Cellule Balai Citoyen qui a pris part à la rencontre, a indiqué que la motion de défiance et l’empêchement évoqués dans l’arrêt, n’existent pas. Pour lui, l’heure n’est plus aux réunions mais aux actions.

« Le Professeur Togba Zogbélémou, Me Mohamed  Traoré le bâtonnier, ont déjà pris position dans ce dossier.  En les écoutant, on sent qu’il y a des petits soucis juridiques mais aussi des intentions aussi inavouées. Je pense bien que depuis 2017, des sacrifices ont été consentis. Dr Dansa tout près de moi a été secrétaire au niveau du CNT, il dira quel est intelligentsia qui a été apporté pour faire de la constitution guinéenne une référence au niveau sous-régional et continental . La position du Balai citoyen, nous sommes là pour dire que l’heure n’est plus à des réunions,  il faudrait qu’on se mette tous au travail afin que ces 8 frondeurs, qui nous ont mis devant un fait accompli, qu’on puisse leur prouver  que seul le peuple demeure souverain.  La théorie avancée n’existe pas en la matière, on parle de motion de défiance, on parle de cas d’empêchement. Ces deux  éléments évoqués dans l’arrêt qui lui-même, comporte des irrégularités dans la mesure où nous avons eu à rencontrer plusieurs fois Me Daye Kaba, il dit qu’il n’était pas présent donc c’est une nullité pure et simple« , précise Sékou Koundouno.

Pour sa part, le chef de file de l’opposition républicaine Cellou Dalein Diallo, a déclaré que cette destitution, est illégale et il faut s y opposer. Pour cela, il soutient que les manifestations sont le seul moyen efficaces pour faire fléchir les autorités.

« L’opposition républicaine considère illégale cette destitution de Kèlèfa Sall, il faut s’opposer à ce coup de force par tous les moyens légaux. La médiatisation est un moyen légal, la mise en place de commission  pour aller écouter un moyen légal, les manifestations dans la rue conformément à l’article 10 de la constitution est un moyen légal, le sit-in à la cour constitutionnelle pour marquer notre désapprobation est un moyen légal. Ceux qui partagent la volonté d’agir par la même action se retrouvent  et décident comment le faire, qu’ils soient de la société civile, des partis politiques , des autres associations puisque nous avons l’expérience ici, les manifestations sont un moyen efficaces pour faire fléchir les autorités de ce pays« , déclare Cellou Dalein Diallo.

L’opposition républicaine se réunira mardi 25 septembre, pour décider des actions à mener contre la destitution de Kèlèfa Sall.

Al Bang’s

à voir aussi

Kèlèfa Sall, bientôt poursuivi pour faux et usage du faux et financement illicite (Tribune)

Quand Kèlèfa Sall se rend infiniment petit !! Kelefa Sall a été pris en flagrant délit …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*