mercredi 26 septembre 2018
Accueil / A la une / Destitution de Kèlèfa Sall? La Cellule Balai citoyen tape du poing sur la table

Destitution de Kèlèfa Sall? La Cellule Balai citoyen tape du poing sur la table

Les voix s’élèvent après la prétendue destitution du président de la Cour Constitutionnelle par 8 conseillers dissidents de l’institution. La Cellule Balai citoyen en conférence de presse ce jeudi 13 septembre, appelle à la mobilisation pour empêcher ce cou de force.

Le coordinateur de l’ONG, Sékou Koundouno dénonce des manœuvres machiavéliques de crises virtuelles et fantaisistes dans un seul but de renverser l’homme ou rendre l’institution inopérante.

« Depuis le discours osé du président de la Cour constitutionnelle Kèlèfa Sall lors de l’investiture d’Alpha Condé, ce sacerdoce, soldat, sentinelle et gardien des lois de la république et des acquis démocratiques chèrement acquis par le peuple souverain de Guinée ne connait pas la paix de cœur par des manœuvres machiavéliques de crises virtuelles et fantaisistes dans un seul but de renverser l’homme ou rendre l’institution inopérante par des intentions inavouées de certains conseillers de la cour constitutionnelle qui exigent la mise en place d’un organe de contrôle interne en lieu et place de leur fameux comité de trésorerie« , peste SéKou Koundouno.

Il invite donc tous les guinéens à la mobilisation, contre ce qu’il qualifie de rébellion orchestrée à l’adresse de Kélèfa Sall.

« Nous appelons à une mobilisation sociale contre la rébellion orchestrée par les conseillers de la cour constitutionnelle à l’adresse du président du président Kèlèfa Sall, exigeons le respect de la constitution de la république et de la loi organique L/2011/006/CNT par les conseillers de la cour s’ils n’ont pas d’autres intentions machiavéliques« , martèle-t-il.

Sékou Koudouno envisage déjà des manifestations devant le siège de l’institution et aussi transmettre les coordonnées des conseillers à la base de ce remue-ménage, aux institutions internationales.

« Nous allons travailler dans le cadre de la mobilisation de toutes les forces vives de la nation: syndicat, partis, société civile, les citoyens engagés et le diaspora pour sauver le soldat Kèlèfa Sall de cette grande mafia dont les véritables raisons sont muettes. Transmettre toutes les coordonnées des conseillers concernés au niveau des instances ci-après: la communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), l’union africaine (UA), union européenne (UE), l’organisation des nations unies (ONU), le haut-commissariat des nations unies aux droits humains (HCDH), afin de leur interdire toute sortie en dehors du territoire et les traiter comme des putschistes du coup d’état constitutionnel contre le peuple souverain de Guinée, envisager des actions auprès des institutions et ambassades sur l’instabilité démocratique aux conséquences fâcheuses, qu’un tel comportement pourrait occasionner, envisager dans les prochains jours des manifestations sociales devant la cour constitutionnelle« , prévient Sékou Koundouno.

Du reste, Kèlèfa Sall est élu pour 9 ans et il demeure inamovible. Sa destitution ne peut être possible qu’en cas de parjure ou de condamnation.

Lamine Komah

à voir aussi

Crise à la Cour constitutionnelle: une série de manifestation dès le 27 septembre

Comme annoncé, la Cellule Balai citoyen, l’opposition républicaine et l’unité d’action syndicale se sont retrouvés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*