mercredi 26 septembre 2018
Accueil / A la une / AG de l’UFDG: le parti indigné par la sortie de Etienne Soropogui de la CENI

AG de l’UFDG: le parti indigné par la sortie de Etienne Soropogui de la CENI

Deux points ont été abordés ce samedi 8 septembre, à l’assemblée générale ordinaire de l’UFDG. La dernière sortie médiatique du Directeur des opération de la CENI, indigne les militants et responsables du parti UFDG. Le deuxième point abordé, est celui relatif aux déclarations des sages et imams.

Le Directeur des Opération de la CENI, Etienne Soropogui, a affirmé dans une interview, que les magistrats ont subi des pressions, pour falsifier les résultats des urnes lors des élections communales. Pour les responsables de l’UFDG, cette déclaration, prouve à suffisance que ses revendications sont justes et fondées.

« Quand le Directeur des opérations de la CENI déclare, que les élections ont été bien organisées et que la falsification a eu lieu, au niveau des CACV et que les juges qui étaient là, ont été influencés, c’est une déclaration extrêmement importante. Cette déclaration nous amène à nous interroger. Comment l’élite guinéenne, peut avoir accès à certaines informations, participer à certaines malversations, assister à la violation de la Constitution et dormir tranquillement…J’ose espérer, que si le Directeur des opérations a fait cette déclaration, c’est qu’il n’était pas en accord avec sa conscience et a estimé qu’il fallait le dire« , s’indigne Bano SOW, vice-président de l’UFDG.

Bano Sow recommande à Etienne Soropogui, à aller au delà des révélations.

« Je lui suggère de poser le problème au niveau de la CENI et que tous les cadres consciencieux de la CENI, assument avec lui cette déclaration« , ajoute-t-il.

Pour ce qui est du sermon des imams et des interventions des sages, le député Kalémodou Yansané les invite à soigner leurs discours.

« Lorsqu’un Kountigui dit ne votez pas pour tel parce que vous n’êtes pas de la même région, parce que vous n’avez pas la même origine culturelle, et que ce sage, investi de la confiance de la collectivité, est suivi par cette collectivité, c’est très grave…Donc nous demandons aux imams, aux artistes, aux sages et à la presse que le véhicule du langage soit contrôlé pour la cohésion sociale », soutient-il.

Laïla Bah

à voir aussi

La CENI se désolidarise de la déclaration de Etienne Soropogui (Communiqué)

La dernière sortie du commissaire Etienne Soropogui chez nos confrères de Lynx Fm fait encore …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*