mercredi 26 septembre 2018
Accueil / A la une / Sit-in des travailleurs du groupe de presse Chérie FM/ TATV

Sit-in des travailleurs du groupe de presse Chérie FM/ TATV

Les travailleurs du groupe de presse Chérie FM/ TATV ont tenu un sit-in ce lundi 3 septembre, devant les locaux du groupe de presse. Ils réclament le payement des arriérés de salaires de deux mois.

Très tôt ce lundi matin, ces travailleurs ont convergé vers le siège de leurs médias. Brandissant des pancartes, ils entonnaient des slogans hostiles à la PDG du groupe.

« A bas l’exploitation au sein des médias ! A bas l’impunité ! A bas l’exploitation moderne ! A bas le trafique d’influence ! Vive la liberté d’expression! Chantal c’est quoi ton problème ?« , clament les grévistes.

« Il a été décidé de revendiquer pour le payement des reliquats de ces deux mois (Mai et juin). L’information a été remontée aux cadres de direction qui se sont engagés à transmettre à leur tour le message à la première responsable de SGI Médias. Ce qui n’a pas été fait. À la fin du mois de juillet, Madame Chantal Colle décide cette fois de payer les 100℅ des salaires mais en défalquant ce qu’elle qualifie d’absence dans ces montants. Les employés décident eux aussi d’aller à l’affront. Une autre réunion est organisée le 20 août 2018 alors qu’ils n’étaient pas encore payés. Au lieu de chercher à résoudre le problème, la PDG de SGI Médias préfère plutôt réclamer son matériel de travail aux JRI. Il aura fallu une pression énorme à travers un préavis de grève, pour qu’elle cède en s’engageant à payer les reliquats des mois de mai et juin et le salaire entier du mois de juillet » regrette Sâa Alou Yombouno, un des journalistes grévistes.

Malgré cet engagement, jusqu’au dimanche 02 septembre 2018, les employés de Chérie FM TATV n’étaient toujours pas en possession de leur dû. A cela s’ajoute, l’arrêt de certaines émissions, la fermeture de la télévision Africa Today TATV et le blocage de l’accès au site tamtamguinee.com.

Lamine Komah

à voir aussi

Education: nouvelle menace de grève du SLECG

Le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) menace de déclencher une grève …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*