mercredi 26 septembre 2018
Accueil / A la une / Convention de financement des logements sociaux: discours intégral du Premier ministre

Convention de financement des logements sociaux: discours intégral du Premier ministre

Mesdames et messieurs les membres du Gouvernement ;

Monsieur le Gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée ;

Monsieur le Président de l’Association Professionnelle des Banques en Guinée ;

Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux des Banques et Etablissements Financiers ;

Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux des sociétés de Promotion immobilière ;

Mesdames et messieurs les Acteurs du secteur du logement ;

Chers Collaborateurs,

Chers amis de la presse,

Mesdames et Messieurs.
Je voudrais, avant tout propos, saluer et remercier tous les animateurs et partenaires du secteur de l’habitat, qui ont accepté, malgré un calendrier chargé, d’honorer de leur présence cette Cérémonie. Votre présence atteste de l’intérêt que vous accordez à la politique du Gouvernement en matière de financement du logement.

Mesdames et Messieurs,

A la mise en place du Gouvernement que j’ai l’honneur de conduire, le Chef de l’Etat, le Professeur Alpha CONDE a clairement indiqué l’indispensable nécessité de loger les guinéens au nombre des priorités de l’action gouvernementale.

En instruisant cela, le Président de la République entend traduire sa volonté d’apporter des solutions durables aux difficultés récurrentes que le plus grand nombre de nos concitoyens rencontre pour accéder à un logement décent. Il signifiait ainsi son souci de répondre de façon adéquate à l’aspiration de chaque ménage à disposer d’un logement décent, composante essentielle du bien-être physique, économique et social ; je dirais même partie intégrante de la dignité humaine.

Les études ont montré que pour satisfaire les besoins en logement de la population, près de 50 000 unités nouvelles sont indispensables chaque année pour couvrir l’ensemble du territoire national dont près de 40% pour la seule région de Conakry.

La quasi absence d’initiative de l’Etat dans la production directe d’habitats a provoqué une pénurie de logements sociaux et économiques.

Les faiblesses dans les mécanismes de financement du logement et dans les mesures fiscales connexes actuelles n’ont pas permis à ce jour de mettre sur le marché suffisamment de logements pour satisfaire les besoins croissants.

Corrélativement, les déficits se sont cumulés à un rythme annuel de plus de 40 000 unités d’habitation. Le déficit global cumulé est estimé à ce jour à près de 500 000 logements.

Tel est le défi auquel mon Gouvernement doit faire face.
La nouvelle politique du logement, telle que déclinée dans le programme du Gouvernement, consiste à produire en grand nombre des logements sociaux et économiques et à favoriser l’accès à la pleine propriété au plus grand nombre de guinéens, notamment les couches sociales les plus défavorisées, en commençant par les fonctionnaires civils et militaires et autres agents de l’Etat.

Il s’agit de permettre aux guinéens ayant des revenus modestes d’acquérir des logements décents en contractant des emprunts auprès des banques à rembourser « lentement et sûrement », sans que les mensualités les étouffent.

Dans ce cadre, le rôle du Gouvernement est de stimuler et de dynamiser le marché du logement en mobilisant les différents acteurs de la filière à travers :

–       La mise en place d’un cadre réglementaire souple et performant de régulation du marché ;

–       La définition et la mise en place d’un dispositif de financement adapté ;

–       Le développement d’un partenariat public privé pour la réalisation de sa mission en matière de logements;

–       Le suivi régulier du marché pour corriger les imperfections par la collecte et l’analyse des statistiques.

Mesdames et Messieurs,
Le succès de notre politique du logement reposera sur la pertinence des réponses stratégiques que nous apporterons aux contraintes qui entravent le fonctionnement du marché de logements.

A l’évidence, l’accès au financement, tant pour le promoteur immobilier que pour l’acheteur, constitue une contrainte forte; je dirai même la contrainte majeure. C’est précisément pour apporter une réponse à la préoccupation relative aux besoins de financement des acquéreurs de logements que se tient la cérémonie qui nous réunit ce matin ; à savoir, la signature de la « Convention de Financement de Logements Sociaux » entre l’Etat, la Banque Centrale de la République de Guinée et l’Association Professionnelle des Banques en Guinée.

Le mécanisme convenu dans cette convention, consiste entre autres :

*A octroyer des prêts destinés à l’acquisition de logements décents à un taux d’intérêt préférentiel de 6%, sur une durée de 10 à 25 ans selon les tranches d’âge des souscripteurs ;

*Au refinancement à un taux bonifié des banques primaires par la BCRG sur la même durée que les prêts qui seront accordées ;

*A la mise en place d’un fonds de garantie pour le bon dénouement des crédits alloués ;

*Et à l’immatriculation au conservatoire des domaines de toutes les parcelles.

Il convient de préciser que les crédits à débourser seront exclusivement destinés à l’acquisition de logements sociaux et seront directement payés aux promoteurs immobiliers.
Loin d’être un acte anodin ou isolé, la cérémonie de ce jour marque le début d’une série d’actions à mener pour la résorption des besoins sans cesse croissants en logements de tous types dans le pays et surtout pour faciliter la prise en compte financière des potentiels acquéreurs par le secteur financier.

L’évènement auquel nous participons aujourd’hui marque le top départ du Programme National de Logements, tel que voulu par Monsieur le Président de la République. Et ce n’est point un hasard si le processus démarre par le volet financier qui, en réalité, en constitue le nœud gordien.

Nous avons estimé, qu’il était important que les acteurs du secteur y soient associés afin qu’ensemble, avec le concours des banques commerciales, nous puissions faire bénéficier un plus grand nombre d’acquéreurs.

Mesdames et Messieurs,

C’est le lieu d’indiquer que de nombreux opérateurs immobiliers internationaux frappent à nos portes et manifestent leur volonté d’investir dans le secteur. Ces opérateurs qui sont pour la plupart de grands groupes disposent de moyens techniques et financiers conséquents.

Je voudrais donc demander à nos partenaires des banques, d’accorder une attention particulière aux demandes de financement de nos opérateurs locaux.

Une structure de gestion parapublique sera mise en place pour faciliter les opérations aussi bien pour les acquéreurs de crédits que pour les banques. Notre vœu est de voir les vrais professionnels du secteur, qui ont développé une expertise et un savoir-faire avéré, jouer un rôle prépondérant dans le développement de l’immobilier en Guinée. Le Gouvernement les accompagnera assurément dans cette quête, en octroyant des agréments nécessaires. Le Gouvernement leur facilitera également l’accès aux parcelles de terrain et aux titres fonciers pour fluidifier les transactions immobilières.

D’ores et déjà, le Gouvernement à travers le Ministère en charge de l’Habitat a immatriculé et titré plus de 45 107 ha dont 32 969 ha qui sont des réserves disponibles pouvant être mis à la disposition de tout investisseur, aussi bien dans la capitale Conakry qu’à l’intérieur du pays. Nous avons instruit le Ministère en charge de l’Habitat de poursuivre l’opération de sécurisation et d’immatriculation sur l’ensemble du territoire national.

Mesdames et Messieurs,

C’est sur ces perspectives heureuses que je voudrais clore mon propos et souhaiter plein succès à la nouvelle politique de financement du logement en Guinée.

Je vous remercie.

Ibrahima Kassory Fofana

Premier Ministre Chef du Gouvernement  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*