Accueil / A la une / « La marche de colère » des travailleurs du port empêchée par les forces de l’ordre

« La marche de colère » des travailleurs du port empêchée par les forces de l’ordre

Comme promis, les travailleurs du Port Autonome de Conakry et les syndicalistes de la Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée (CNTG) ont manifesté ce vendredi 17 août à Kaloum. Ils protestent contre la cession du quai conventionnel à une société turc.

Les manifestants réunis très tôt ce vendredi à la Bourse du travail, tentaient de rallier l’Assemblée nationale, pour remettre aux députés, une plate forme revendicative sur le contrat de concession du Port. A peine sortie de Boulbinet, ils ont été dispersés à coup de gaz lacrymogène par les forces de l’ordre qui les attendaient. Plusieurs personnes ont été blessées dans la foulée.

« C’est incroyable. On organise une marche pacifique, voilà que nos autorités nous empêche et nous blesses. Regardez comment je saigne. Je suis vraiment dessus« , déplore un des manifestants couvert de sang.

D’autres ont été arrêtés et brutalisés par les forces de l’ordre.

« Ils m’ont attrapé par ma ceinture puis ils m’ont jeté dans le camion. C’est ainsi que je me suis cogné la tête en tombant« , indique un autre.

La présidente des femmes travailleuses du port autonome, s’insurge contre la brutalité des forces de l’ordre.

« Nous nous sommes regroupés mais les forces de l’ordre sont venus nous interrompre. Ils nous ont battu, ils ont arrêté certains à cause de notre travail. Monsieur le président de l’Assemblée nationale, dites au président de la République de laisser le port. Tout le monde levés vous nous allons nous battre pour ça. La vie ou la mort! », lance-t-elle.

Malgré cette interruption brutale, les responsables syndicaux n’entendent pas baisser les bras, ils comptent intensifier la lutte après la fête de Tabaskie.

Lamine Komah

 

à voir aussi

Mouctar Bah de RFI a été entendu par la HAC

Mouctar Bah, correspondant de RFI et AFP en Guinée a été entendu par la Haute …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*