Accueil / A la une / Plainte contre Ousmane Kaba: la levée de l’immunité parlementaire pas nécessaire selon Me Béa

Plainte contre Ousmane Kaba: la levée de l’immunité parlementaire pas nécessaire selon Me Béa

En conférence de presse ce lundi 6 août, la Cellule Balai Citoyen a réitéré sa ferme volonté d’aller jusqu’au bout, de la plainte portée contre Dr Ousmane Kaba, pour propos ethnocentriste et discriminatoires. Selon l’avocat de l’organisation, la justice n’aura pas besoin de lever l’immunité parlementaire du député.

Me Salifou Béavogui, avocat de l’Cellula Balai Citoyen, a tout d’abord rappelé les faits incriminant le député.

« Le 31 juillet 2018, un honorable député, de surcroit leader de parti politique, étant à l’intérieur du pays, notamment en Haute Guinée, s’adressant à une radio privée de la place, je vais parler de la radio Milo FM, a tenu des propos qui ont été transcrits sur CD que je détiens ici. Dans sa communication du 31 juillet, cet honorable député a tenu les propos  suivants :  « Et même le général Sékouba Konaté doit être associé, puisqu’il a été celui qui a donné le pouvoir au Manding, car les autres voulaient aussi le pouvoir. » En faisant lecture de ces propos, eh bien, aucun Guinéen ne peut rester tranquille. C’est une déclaration profonde qui est mise à l’analyse de tous les Guinéens« , a déclaré Me Béa.

Rappelant au passage, que le pouvoir est donné par le peuple et de façon démocratique dans les urnes à travers les règles démocratiques, à travers un scrutin.

« Autrement dit, c’est le peuple de Guinée, dans sa souveraineté tout entière, à la suite d’un scrutin démocratique organisé conformément au code électoral, qui donne le pouvoir. Ce n’est pas un homme qui donne le pouvoir. Donc affirmer que « le général Sékouba Konaté doit être associé puisqu’il a été celui qui a donné le pouvoir au Manding car les autres aussi voulaient le pouvoir « , ajoute t-il.

Selon l’avocat, la justice n’a pas besoin de lever l’immunité parlementaire du député, puisse que ses propos violent l’article 4 de la Constitution guinéenne et les 313, 314 et 514 du code pénal.

« On aura pas besoin d’une quelconque levée de l’immunité, comme consacré à l’article 65 de la constitution, dès lors que l’article 63 du code de procédure pénale milite en faveur d’une poursuite immédiate« ,

Avant d’ajouter: « Nous avons besoin de l’auteur de ces propos à la barre du tribunal pour qu’il vienne nous dire qui sont les Guinéens ou quels sont les Guinéens qui vont déterrer les poteaux, détruire les poteaux qui vont servir de transport de l’électricité pour la Haute Guinée qui est une partie intégrante de notre République unique et indivisible« .

La Cellule Balai Citoyen entend suivre cette procédure, jusqu’à l’aboutissement.

Laïla Bah

à voir aussi

Présidentielle au Mali : Soumaïla Cissé rejette la victoire d’IBK

Crédité de 32,83% face à Ibrahim Boubacar Keïta, déclaré vainqueur avec 67,17% des suffrages, Soumaïla …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*