mercredi 18 juillet 2018
Accueil / A la une / Interdiction des motos à Kaloum: la cellule balai citoyen dénonce un acte incompatible

Interdiction des motos à Kaloum: la cellule balai citoyen dénonce un acte incompatible

COMMUNIQUE N° 016

Relatif à l’inquiétude grandissante du Balai Citoyen, face à l’arrêté N° 8064 du 29 mai 2016 du ministère de la sécurité et de la protection civile, interdisant tout taxi-moto de circuler à Kaloum.

Suite à la mise en exécution d’un arrêté numéro 8064 en date du 29 mai 2016 du département en charge de la Sécurité et de la Protection Civile portant sur la réglementation de la circulation des taxi-motos à Conakry, la Cellule Balai Citoyen, dans son rôle de veille, d’alerte et de proposition de solutions, interpelle le ministère en charge de la Sécurité et de la Protection Civile et le syndicat des taxi-motos à collaborer ensemble pour reformer ce secteur tout en élaborant des mesures permettant aux taxi-motos de conduire en toute sécurité avec un nombre limité de passagers par moto pour éviter ainsi la surcharge sur toute l’étendue du territoire national en général et surtout dans la zone spéciale de Conakry en particulier.

Il est à noter que la majeure partie de ces jeunes qui font le taxi-moto en Guinée sont des diplômés chômeurs. Ils sont dans ce secteur par l’incapacité avérée et notoire de l’Etat à créer de l’emploi permettant l’émancipation des jeunes de la Guinée en général et ceux qui font le taxi-moto en particulier et l’absence d’une politique d’orientation des jeunes vers les secteurs prometteurs allant dans le sens de l’amélioration de leurs conditions de vies.

En effet, l’interdiction de l’accès des taxi-motos à la commune de Kaloum ne résout en rien la situation de la circulation dans cette zone que le ministère veut rendre si spéciale. Il ne faut surtout pas oublier que c’est l’avènement de ces taxi-motos qui a permis aux citoyens, face aux défaillances de la politique de l’Etat à rendre fluide la circulation, de se présenter à temps sur leurs lieux de rendez-vous partout dans les Cinq Communes de Conakry. Il a aussi atténué le taux de délinquance juvénile en République de Guinée.

La Cellule Balai Citoyen qualifie cet arrêté d’acte incompatible, car ne se basant pas sur les vraies réalités du terrain.

Ceci étant, le Balai Citoyen interpelle :

1. Le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile :

. De revoir son arrêté n° 8064 pour éviter toutes confrontations avec les concernés, car il ne reflète pas les besoins du peuple ;
. De veiller au respect stricte des textes de lois en matière de circulation ;
. D’équiper et de responsabiliser la police routière en vue de minimiser les accidents de circulation des motards qui sont dus à la verbalisation illicite de celle-ci ;
. De faciliter et de veiller sur la règlementation de la circulation des engins à deux roues.

2. Les syndicats et les chauffeurs des taxi-motos :

De se conformer aux règles de sécurité routière chose qui doit se manifester par :
. Le port normal et régulier du casque, des paires fermées et des gilets numérotés permettant leur identification ;
. Le respect du code de conduite;
.L’immatriculation spécifique de leurs taxi-motos ;
. L’acquisition de toutes pièces leur autorisant de rouler librement sur le territoire Guinéen
Pour finir, la Cellule Balai Citoyen réitère sa ferme volonté à promouvoir les libertés individuelles et collectives, dans le strict respect des lois. Elle réaffirme ensuite, son engagement pour la promotion de bonne gouvernance et l’éclosion des citoyens modèles en Guinée.

Vive la Démocratie Guinéenne
Vive la Société Civile Guinéenne
Vive la plateforme Cellule Balai Citoyen
Vive les actes Citoyens et responsables

Ensemble et unis, on est jamais seul !
« Notre nombre est notre force »

Conakry 22 Juin 2018
Le secrétariat administratif
Balai Citoyen

à voir aussi

Transports: voici les nouveaux tarifs des transports inter-urbains

Le ministère des Transports a publié les tarifs des tarifs des transports inter-urbains et ce, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*