Accueil / A la une / Contentieux électoral: Dalein accuse une main noir

Contentieux électoral: Dalein accuse une main noir

A l’assemblée générale ordinaire de l’UFDG ce samedi 9 juin, le président du parti Cellou Dalein Diallo, est revenu sur la crise électorale née des élections communales du 4 février. Il soutient qu’aucun progrès n’a été enregistré jusque là. Le chef de file de l’opposition prévient que dès après le mois de Ramadan, l’opposition va se positionner.

« Je dois vous dire très honnêtement, qu’il n’y a eu que très peu de progrès dans la résolution du contentieux électoral, ou encore dans l’application des recommandations contenues dans le communiqué qui a sanctionné ma rencontre avec le président de la République », rappelle Cellou Dalein Diallo.

Parlant de la révision du fichier électoral avant les élections législatives prochaines, Cellou Dalein Diallo accuse une main noire, de vouloir bloquer la situation.

« Pour le fichier électoral, la CENI avait fait une proposition, aussi bien à la mouvance qu’à l’opposition, de demander aux partenaires techniques et financiers, en particulier l’OIF et l’Union Européenne, mais aussi le système des Nations-Unions, de mettre à la disposition de la Guinée des experts dont le profil était défini par la CENI elle-même, pour qu’ils s’occupent de l’assainissement du fichier. La mouvance et l’opposition avaient accepté la proposition, mais il y a eu une main noire qui avait dit non, on ne veut pas de l’Union Européenne et des Nations-Unies« , précise t-il.

Mais pour le moment, continue-t-il, « nous sommes en train de vérifier cette rumeur. Nous n’accepterons pas. Il faut que les trois entités puissent être ensemble pour assurer l’opération pour que nous ayons confiance ».

Cellou Dalein a ensuite invité ses militants à se tenir prêt. Pour lui, il n’est pas question de subir l’arbitraire, au nom de la paix.

« Quand M. Kassory Fofana est arrivé, il a dit qu’il va s’atteler à la décrispation. Il nous demande d’œuvrer pour la préservation de la paix. Je le dis ici souvent, qu’on n’obtient pas la paix en demandant aux gens d’observer la paix. On n’obtient pas la paix par l’exhortation. Chacun aime la paix, mais personne ne veut de l’injustice. Personne ne veut que ses droits soient violés. Personne ne veut être dans l’insécurité, subir l’arbitraire. Lorsque vous ne respectez pas la loi, les accords politiques, vous ne protégez pas les droits humains, lorsque vous entretenez l’impunité, alors qu’on abat de manière récurrente les citoyens, pendant qu’ils exercent un droit constitutionnel« , lance t-il.

Dès la fin du mois de Ramadan, le chef de file de l’opposition n’exclut pas la solution de la rue.

à voir aussi

Abdoulaye Bah journaliste à Guineenews n’est plus

Le journaliste Abdoulaye Bah, chef de bureau adjoint de Guinéenews est décédé dans la nuit …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*