mercredi 17 octobre 2018
Accueil / A la une / Arrestation d’un syndicaliste: son épouse parle de tentative de meurtre

Arrestation d’un syndicaliste: son épouse parle de tentative de meurtre

Quelques jours après son arrestation, le syndicaliste Aboubacar Sidiki Mara a été présenté au procureur ce mardi 8 mai. Le secrétaire général adjoint de l’UGTG (Union Générale des Travailleurs de Guinée), Aboubacar Sidiki Mara a été placé sous mandat de dépôt, par le procureur général près du Tribunal de Première Instance (TPI) de Dixinn.

Au sortir de la séance, son épouse la journaliste Mariam Fodé Camara a parlé de tentative d’assassinat contre son mari et s’inquiète de son état de santé.

« Mon mari a échappé de justesse à une tentative d’assassinat. Les personnes qui étaient allées dans l’intention de mettre fin à sa vie, ont été arrêtées et mises à la disposition de la gendarmerie de Boké puis à la justice de la région. Après une semaine, ces mêmes personnes étaient bien visibles dans la ville de Boké. Il semblerait que les personnes qui sont allées pour mettre fin à sa vie seraient déjà à  Conakry et conduites à la maison centrale. Mon inquiétude est que mon mari va passer sa première nuit à la maison centrale. Je me demande qu’est-ce qui va se passer.Je prends à témoin l’opinion nationale et internationale, il ne faut pas que quelque chose arrive à mon mari avant son procès »,  lance la journaliste.

Plus loin, notre consœur, Mme Mara se dit très « sereine » avant révéler que le préfet de Boké aurait reçu les appels de certaines centrales syndicales basées à Conakry avant l’arrestation de son époux.

« Je signale que la santé de mon mari est défaillante, son avocat l’a précisé et le juge d’instruction aussi l’a constaté lors de son interrogatoire », a  expliqué Mariam Fodé Camara.

Selon elle, son mari est victime d’une machination orchestrée par certaines centrales syndicales.

« le préfet de Boké aurait déclaré qu’il a reçu des appels de certaines centrales syndicales de Conakry. Sans vérifier, il a procéder nuitamment à l’interpellation du syndicaliste Mara qui menait ses activités à Boké », a-t-elle dit.

à voir aussi

Guinée: journée ville-morte suivie à Conakry dans les bastions de l’opposition

Ce lundi 15 octobre est une journée ville morte à Conakry, la capitale guinéenne. Huit mois après des élections contestées, l'opposition dénonce de la corruption

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*