Accueil / A la une / Affaire Bolloré: « la Guinée n’a de compte à rendre à aucun pays étranger », lance Ibrahima Keïra

Affaire Bolloré: « la Guinée n’a de compte à rendre à aucun pays étranger », lance Ibrahima Keïra

A l’assemblée générale ordinaire du RPG Arc-en-ciel, ce samedi 28 avril, Alpha Ibrahima Kéira, est largement revenu sur l’affaire Vincent Bolloré. Il a fait part de la frustration du RPG et ses alliés, depuis l’inculpation de Vincent Bolloré.

Il dénonce une diffamation orchestrée par des personnalités et institutions françaises. Une accusation fortuite dit-il.

« Dans cette affaire, il a été dit que le président aurait donné le Port Autonome de Conakry à un de ses amis en contrepartie du financement de sa campagne. Le RPG et ses alliés sont frustrés, choqués par cette accusation fortuite et diffamatoire de la part de certaines personnalités françaises et institutions, qui porte atteinte à l’honneur de notre grand parti et de notre champion le Pr. Alpha Condé qui a été magistralement élu à la tête de notre pays suite à vous et à vos sacrifices depuis l’élection de 2010, plébiscité dans ses fonctions par le peuple de Guinée par un score écrasant que certains qualifient de coup KO en 2015. Dire que quelqu’un est venu de l’hexagone pour financer la campagne de notre champion afin qu’il ait le pouvoir en Guinée, peut-être  qu’il l’a aidé à être maire en France, mais pas en Guinée« , lance l’ancien ministre.

Selon lui, l’appel d’offre pour la concession du port de Conakry, a été faussé bien avant l’arrivée au pouvoir de Alpha Condé.

« A l’époque, Alpha Condé n’était pas président de la République. Après plusieurs mises en demeures adressées à Getma International pour les défaillances, la direction du PAC a adressé une lettre à son Conseil d’Administration, pour statuer sur le sujet de la convention de cession. Le CA a abouti à la décision, après avoir entendu toutes les parties que le GETMA n’était pas en mesure de satisfaire les obligations mises à sa charge et auxquelles il avait souscrit librement et volontairement en induisant le PAC en erreur sans présenter ses excuses et sans faire amande honorable ne serait-ce qu’en tirant les conséquences de droit. C’est-à-dire en demandant au PAC de procéder à la résiliation du contrat  avec GETMA international« , rappelle Ibrahima Keïra.

D’ailleurs poursuit-il: « Si nous avons un compte à rendre, c’est au peuple de Guinée que nous devons le faire. Depuis 1958, la Guinée n’a de compte à rendre à aucune institution étrangère et à aucun pays étranger », martèle-t-il.

 

à voir aussi

Mouctar Bah de RFI a été entendu par la HAC

Mouctar Bah, correspondant de RFI et AFP en Guinée a été entendu par la Haute …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*