Accueil / A la une / 21ème session du comité de suivi: Bouréma Condé et Deen Touré optimistes

21ème session du comité de suivi: Bouréma Condé et Deen Touré optimistes

Le comité de suivi du dialogue inter guinéen s’est réuni ce lundi 16 avril. Comme promis la semaine dernière, les partis membres du comité de suivi ont déposé leurs griefs sur les élections communales du 4 février dernier.

Le président du comité de suivi le Général Bouréma Condé, ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, il ne s’agira pas de faire un procès mais plutôt d’une négociation pour la paix.

« Comme il a été recommandé la semaine dernière, les différentes plaintes des différents partis politiques en compétition,  ont été condensés aujourd’hui. Une fois que le dossier purgé juridiquement, une fois que les résultats sont proclamés par la CENI, quand le dossier est remis au comité de suivi du dialogue pour solution, il faut qu’on soit clair, il ne s’agira plus alors d’un procès mais plutôt que nous nous entendions, qu’on parte en négociation entre les différentes parties plaignantes.

J’ai espoir que nous trouverons la solution non pas sous forme juridique qui ne saurait jamais être discutée dans le cadre de comité de suivi d’un dialogue et, non plus les arrêts de la CENI. Mais quand il y a solution à trouver que les guinéenne comprennent que cette fois-ci, il s’agit d’un autre volet qui s’appelle la négociation pour la paix et le bonheur des guinéens ».

Le président du groupe parlementaire l’alliance républicaine UFR, Ibrahima Deen Touré s’est montré optimiste. Il soutien qu’une solution sera trouvée avant la session prochaine.

« Nous avons principalement abordé la question relative à l’audit du fichier et le contentieux électoral. Il y a eu une discussion assez importante autour des deux questions. Nous avons eu beaucoup de points de convergence. Nous pensons trouver d’ici la session prochaine des solutions pour le contentieux électoral et l’audit du fichier. En ce qui concerne notre formation politique l’UFR, nous allons nous retourner dans notre état-major pour discuter de cette question et recevoir des avis du Bureau Politique National. Il y a des questions extrêmement importantes concernant la loi, l’administration mais aussi les délais électoraux que nous nous sommes fixés à travers notre loi fondamentale », soutient-il.

à voir aussi

Présidentielle au Mali : Soumaïla Cissé rejette la victoire d’IBK

Crédité de 32,83% face à Ibrahim Boubacar Keïta, déclaré vainqueur avec 67,17% des suffrages, Soumaïla …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*