mercredi 14 novembre 2018
Accueil / A la une / « Le ridicule ne tue pas, sinon il n’y aurait pas de survivant à Sékhoutoureya », ironise Cellou Dalein

« Le ridicule ne tue pas, sinon il n’y aurait pas de survivant à Sékhoutoureya », ironise Cellou Dalein

A l’assemblée générale ordinaire de l’UFDG ce samedi 17 mars, les accusation du parquet de Dixinn étaient au menu des discussions. Cellou Dalein Diallo le chef de file de l’opposition a ironisé sur l’affaire, avant d’appeler ses militants à ne pas céder à l’intimidation.

Pour le chef de file de l’opposition, tout ceci fait parti d’une machination orchestrée pour le décrédibiliser vis-à-vis de ses militants.

« Le ridicule ne tue pas, sinon il n’y aurait pas de survivant à Sékhoutoureya. Ils y seraient tous morts. Lorsque j’ai été au courant de cette machination, j’ai dis que ce n’est pas possible ça ne sera pas crédible. Parce que leur objectif, c’est de décrédibiliser Cellou vis-à-vis de sa base, me séparer de mes militants et cela est impossible. Tout honteux, ils ne peuvent pas répondre et assumer que 94 citoyens guinéens ont été tués par ceux qui sont recrutés, formés, équipés et payés pour assurer leur sécurité. Ils n’ont rien à dire sauf que c’est eux qui se sont tués entre eux. Les témoins sont là, on a vu les gendarmes ouvrir le feu sur leurs compatriotes mais ce n’est pas eux, c’est Alpha Condé. Car, ils sont instrumentalisés. Aujourd’hui, Alpha Condé pense qu’il a trouvé avec le montage élaboré dans le bureau de Kénéma transmis finalement à la justice, parce qu’ils ont pendant longtemps instrumentalisé Boubacar Diallo dit « Grenade » qui est un militant de l’UFDG, un jeune de l’axe. Ils ont repéré ‘’Grenade’’. Bah Oury l’a conduit chez Mr Kenéma, le chargés des renseignements de D’Alpha Condé. Il décide de l’utiliser pour mettre en évidence, selon eux, la responsabilité d’Ousmane Gaoual, Halimatou Diallo et Cellou Dalein dans l’assassinat des militants de l’UFDG. Mais, c’est une honte« , clame le président de l’UFDG.

Cellou Dalein Diallo a invité ses militants à ne pas dit-il, céder à l’intimidation.

« On ne peut pas nous intimider parce que cette machination de Kénéma sous la haute direction d’Alpha Condé qui vise à attribuer à l’UFDG et à ses cadres, les crimes commis sur l’axe. C’est pour nous intimider et détourner l’attention de la population sur les fraudes. Ils veulent emporter le butin que les magistrats ont présenté au RPG lors des centralisations. Nous ne marcherons pas, on ne peut pas nous intimider, levez-vous« , lance le président de l’UFDG.

Rendez-vous est pris la semaine prochaine, pour de nouvelles manifestations de rues.

à voir aussi

Mouctar Bah de RFI a été entendu par la HAC

Mouctar Bah, correspondant de RFI et AFP en Guinée a été entendu par la Haute …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*